Dans son nouveau livre, lauréat du prix Renaudot 2019, Sylvain Tesson propose un éloge de la patience et de l'immobilité pour tenter d’apercevoir la fameuse panthère des neiges. Au "Masque", les avis sont partagés entre ceux qui saluent la magnificence du récit et ceux qui lui reprochent le manque d'aventure.

Remise du prix littéraire Renaudot  - L’écrivain Sylvain Tesson pour son livre "La panthère des neiges", novembre 2019
Remise du prix littéraire Renaudot - L’écrivain Sylvain Tesson pour son livre "La panthère des neiges", novembre 2019 © Maxppp / IP3 PRESS

Le livre présenté par Jérôme Garcin 

La panthère des neiges, espèce menacée (à peine 5000 spécimens en vie dans le monde), a fait rêver les peintres Delacroix et Rembrandt avant de faire galoper Sylvain Tesson...

En 2018, l’écrivain-voyageur se voit proposer par le photographe animalier Vincent Munier d’aller observer l’animal aux confins du Tibet sur le haut plateau du Chang Tang où il croise des antilopes, des chèvres bleues, des yacks, des loups et enfin, à 5000 mètres d'altitude par -30°C, l'éblouissante panthère des neiges : « Ce fut une apparition religieuse. Aujourd’hui, le souvenir de cette vision revêt un caractère sacré ». Un félin qui a pour Sylvain Tesson le regard de sa mère disparue, Marie-Claude Tesson. 

Patricia Martin reproche une trop grande attente tout au long de la lecture

PM : "Il y a plein de belles choses dans ce livre... Tesson d'une manière générale est un bon écrivain, c'est un type absolument délicieux et je suis souvent éblouie par ce qu'il écrit quand il s'en va dans les forêts de Sibérie, quand il s'impose des épreuves, etc. Tout ça, j'aime énormément. Son côté indomptable et sauvage, je l'aime aussi. Et d'ailleurs, la panthère des neiges est peut-être le pendant féminin de son côté sauvage à lui. Il y a des phrases sublimes sur le couple, par exemple, de lui et d'elle quand elle apparaît. A un moment donné, il écrit : 

Si je croisais la bête, mon seul amour apparaîtrait incorporé à la panthère, j'offrirai chacune de mes rencontres à son souvenir défait

Mais il y a, selon moi, une frénésie de l'attente, parce que ce qui compte dans ce genre d'expériences, c'est le chemin qu'on parcourt. Le but, c'est la tentative, c'est l'imaginaire, c'est le cœur qui bat en attendant. Et là, il aplatit du coup un peu trop la nature du fait qu'il soit trop en attente, son imaginaire travaille trop. 

C'est aussi un livre de mecs, c'est-à-dire que symboliquement, il ne se met pas en position de recevoir".

Pour Michel Crepu, beaucoup de belles phrases mais trop peu d'aventure

MC : "Ça me rappelle les livres que j'adorais lire quand j'étais adolescent, les livres d'exploration qui m'ont enchanté. Et quand j'ai vu arriver ce livre de Tesson, j'avais envie de la même chose. J'avais envie d'éprouver cette émotion de lecture et je ne l'ai pas retrouvée... 

Je n'arrive pas à avoir le sentiment du 'vrai' dans ce livre

Il a vu de loin, à la jumelle, la panthère. C'est ça qui fait problème pour moi, je trouve certes beaucoup de belles phrases, mais ce n'est pas ça qui m'intéresse. Ce qui m'intéresse, c'est le côté très concret : comment ça se passe le matin ? Il se lève à quelle heure ? Quel est le moment de la journée où on peut apercevoir cette foutue panthère ? Etc. Et là, je ne lis pas ça. Ce que j'ai, c'est un récit lyrique, un récit poétique mais quand quelqu'un m'annonce un livre sur la panthère des neiges, je prends mon anorak tout de suite, je descends avec le matériel et je raconte au lecteur comment ça s'est passé avec cette panthère ! Et là, je n'ai pas vu ça"...

Pour Frédéric Beigbeder, c'est un grand livre

FB : "Ce n'est pas vrai, on l'a ce côté aventurier, il y a des descriptions de la nature, de l'attente, c'est le Désert des Tartares en remplaçant l'armée par un animal fauve...

Les reportages animaliers de Frédéric Rossif moi je m'en fous, ce qui m'intéresse, c'est lui : Sylvain Tesson

Il y a des bonheurs d'expression tout le temps, avec une certaine autodérision

Il se moque tout le temps de lui-même, de cette quête, etc. C'est très drôle. Je cite : "Comme les monitrices tyroliennes, la panthère des neiges fait l'amour dans des paysages blancs". Il y a aussi des phrases à la Amélie Nothomb : "L'homme et la gueule de bois de Dieu". 

C'est quelqu'un qui sait écrire, qui s'amuse, qui se fait plaisir en écrivant, c'est un livre sur l'attente oui, mais comme Le Rivage des Syrtes aussi, c'est un livre suspendu tout le temps. Il y a du suspense avec ce vide de la montagne. 

Et enfin, je trouve une telle émotion, quand on connaît son accident... On voit aussi le vrai sujet du livre qui est le deuil de sa mère et un chagrin d'amour. Il en parle vraiment de façon très pudique. Donc, c'est un grand livre". 

Jean-Claude Raspiengas ébloui par la profondeur du récit 

J-C R : "C'est un livre d'une telle profondeur, d'une telle beauté et d'un tel style... 

C'est un des plus beaux livres de cette rentrée

C'est un livre sur l’affût. Qu'est-ce que c'est que d'être immobile, d'être dans la fusion avec le monde ? C'est tout ça qu'il veut dire. 

Il a carrément rendez-vous avec l'origine du monde quand il est là-bas.

La quête un peu religieuse est manifeste : à un moment quand il aperçoit la panthère, il écrit cette très belle phrase : "C'est le plus beau jour de ma vie depuis que j'étais mort". Il y a aussi la figure de la mère qui hante le récit, il est tellement proche de ce souvenir qui l'envahit à chaque fois qu'il espère voir la panthère que c'est proche d'une certaine idée de la réincarnation. 

Il y a un rapport de fusion avec la nature, un dépouillement de lui-même, tout en étant en effet auto-ironique. N'empêche qu'on est vraiment dans la pulsation de la vie. On est aussi dans l'aspect le plus primitif de la fureur de vivre chez ces animaux-là. L'admiration qu'il a pour ces animaux qui survivent à des conditions extrêmes est très beau. 

Je trouve que c'est un livre de bout en bout qui est absolument admirable, magnifique, très beau, très fort, très puissant et antimoderne avec ce désir de se rendre invisible

Aller plus loin

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

10 min

"La Panthère des neiges", de Sylvain Tesson : les critiques du Masque et la Plume

📖 LIRE - "La Panthère des neiges", de Sylvain Tesson, chez Gallimard

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, littérature ou théâtre.  

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.