Le retour du chien le plus amorphe de la BD française. Créé par Gotlib en 1964, Gai Luron revient dans des gags signés Fabcaro et Pixel vengeur.

Détail de la couverture de Gai-Luron
Détail de la couverture de Gai-Luron © Pixel Vengeur et Fabcaro - Fluide Glacial

L’idée de départ est simple, et inusable : une page de gags burlesques et absurdes avec un chien, Gai-luron, et son ami le renard Jujube. Le héros de Gotlib, né un peu par hasard dans le journal Vaillant au milieu des années 1960 s’impose très vite comme l’un des personnages préférés des lecteurs. Et de son dessinateur qui, grand insomniaque, dira de son personnage toujours prêt à s’endormir, qu’il est son « moi idéal ». Petit à petit, Gai Luron devient plus humain, dans les attitudes corporelles comme dans le comportement. Dix albums paraitront de 1964 à 1982, et en 1976, le cousin français de Droopy sera même couronné du prix du meilleur album à Angoulême avec Gai-Luron en écrase méchamment.

C’est Yann Lindingre qui a proposé à Pixel Vengeur, dont le graphisme n’est pas très éloigné de celui de Gotlib, de reprendre le personnage. Il signe avec Fabcaro une version truffée de clins d’œil à l’œuvre du maître (dans les jeux sur la typographie, l’apparition d’autres personnages de Gotlib…). Avec, en plus, la touche de l’absurde chère à Fabcaro poussée très loin. C’est très drôle.

J’ai pris un cours de Gai Luron avec Gotlib … et il nous a dit : allez-y, pétez les plombs !

Le dessinateur Pixel vengeur raconte sa rencontre avec Gotlib

Les nouvelles aventures de Gai-Luron, Tome 1, Gai-Luron sent que tout lui échappe, par Fabcaro et Pixel vengeur, Fluide glacial

►►► La chronique de Leïla Kaddour dans La Bande originale sur Gai Luron

Feuilletez quelques pages :

Gotlib sur France Inter
►►► Et aussi : les BD de la rentrée

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.