Le célèbre romancier britannique Ken Follett revient à Kingsbridge et conduit son lecteur aux portes des "Piliers de la Terre", en l’an 997, à la fin du haut Moyen Âge où les Anglais font face à des attaques de Vikings qui menacent d’envahir le pays. Las, les critiques n'ont pas lu le livre jusqu'à la fin…

Avec son tout dernier livre, l'écrivain gallois Ken Follett ne parvient pas à séduire les critiques du Masque & la Plume
Avec son tout dernier livre, l'écrivain gallois Ken Follett ne parvient pas à séduire les critiques du Masque & la Plume © AFP / ANTONIO NAVIA / NURPHOTO

Le livre présenté par Jérôme Garcin 

Le nouveau best-seller du Britannique Ken Follett, soit 850 pages que je n'ai pas totalement lues, traduites chez Robert Laffont par Cécile Arnaud, Jean-Daniel Brèque, Odile Demange, Nathalie Gouyé-Guilbert, Dominique Haas. Tous ensemble, ils sont arrivés au bout de ce nouveau roman qui se déroule avant la trilogie des Piliers de la terre dont je rappelle qu'elle a quand même cumulé 27 millions d'exemplaires vendus dans le monde. 

On est, ici, en l'an 997, quand l'Angleterre subissait les attaques à la fois des Gallois et des Vikings, pendant que la monarchie vacillait, que le chaos régnait. 

Ken Follett s'attache à trois personnages : Edgar, un jeune constructeur de bateaux qui a été anéanti après un raid viking. Ragna, une jeune noble normande qui épouse un Anglais et un nouveau pays et Alfred un moine qui veut faire de son abbaye un centre européen d'érudition. 

Ken Follett dit s'être beaucoup inspiré de la tapisserie de Bayeux et du Musée des embarcations vikings qui se trouvent à Oslo, un voyage au Moyen-Âge. 

Michel Ciment : "C'était au-dessus de mes forces"

"La première page est quand même extraordinaire… Je me suis baguenaudé dans le livre parce que physiquement, je ne pouvais pas, c'est un peu comme les bâtisseurs de cathédrales qui montaient des charges inouïes dans les étages. Là, c'est un peu la même chose. C'est un peu la même expérience et on n'est plus capable de ça. 

J'avais lu Les piliers de la terre mais je trouve assez extraordinaire qu'il y ait encore des livres de cet acabit un peu à l'ancienne, de gros trucs comme ça qui marchent du feu de Dieu parce que, finalement, on aime ça, du moins 27 millions de personnes aiment ça…

Je suis pour avoir du temps pour ce genre de livre. Je ne l'ai pas lu cette fois, mais je trouve que ça le mérite…"

Patricia Martin : "Je ne l'ai pas lu en entier"

"Je trouve que le début est très très beau : cet homme qui a peur de s'endormir alors que c'est la nuit la plus importante de sa vie, il se lève tout doucement, il dit au revoir à son vieux chien, etc. Il y a tout de suite une atmosphère, quelque chose qui se passe. 

Mais c'est vrai qu'au bout de 300 pages on se dit  quand même qu'il crache un peu du papier. Il était journaliste quand il était très jeune et il y a une espèce de logorrhée dans son livre."

Arnaud Viviant : "C'est la première et dernière fois que je lisais Ken Follett 

"C'est la première fois que je lisais Ken Follett. J'ai fait un vœu : que ça ne se reproduise plus jamais. J'en ai lu 680 pages, j'en ai laissé un peu au bord de l'assiette, mais je n'ai pas saucé. 

Il y a quand même quelque chose de fascinant avec ce Ken Follett que je n'avais jamais lu, c'est qu'il fait de la littérature sans utiliser aucun des outils littéraires. Il n'y a aucune figure de style. Il n'y a aucune métaphore. Il y a à peine des comparaisons… Il y a quelques descriptions. 

Ça s'organise de façon très simple : il y a de la violence, du sexe, des procès ; de la violence, du sexe, des procès et de la violence, du sexe, des procès…

C'est pour ça qu'au bout de 680 pages, je me suis dis que dans les 100 pages qui me restaient à lire, il allait y avoir de la violence, du sexe et des procès".

Nelly Kapriélan : "Je n'ai lu que la première page"

"J'ai lu la première page, ça ne m'a pas follement intéressée, 850 pages. Je n'ai pas lu la trilogie ou les 30 livres avant… Il me faut un an…"

Aller plus loin

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

6 min

"Le Crépuscule et l’aube" de Ken Follett

Par Jérôme Garcin

📖 LIRE - "Le Crépuscule et l’aube" de Ken Follett (Robert Laffont)

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

🎧 Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, littérature ou théâtre

Thèmes associés