L'ex-ministre de la Culture est retournée à ses premières amours : le roman. "Les Idéaux" est son septième livre, une histoire d'amour sur fond de turpitudes politiques. Entre romance et manifeste, Aurélie Filippetti nous dévoile les coulisses du pouvoir... et les avis du Masque et la Plume sont divisés à son sujet.

Aurélie Filippetti vient de faire paraître "Les Idéaux" aux éditions Fayard
Aurélie Filippetti vient de faire paraître "Les Idéaux" aux éditions Fayard © AFP / Bertrand Guay

Le livre d’Aurélie Filippetti résumé par Jérôme Garcin

L’histoire se déroule au palais Bourbon : elle est députée de gauche, lui est de droite. Tout les oppose et pourtant ces deux quadras vont clandestinement s’aimer. Elle vient du peuple et de l’Est industriel, lui de l’aristocratie et de l’Ouest résidentiel : « Ils partagent la même langue, mais ne la parlent pas de la même manière ». Il finit par entrer au gouvernement avant de s’engager dans une association humanitaire et elle, par devenir ministre de la Culture.

On reconnaît sans mal ici le couple qu’ont formé un temps Aurélie Filippetti et le chiraquien Frédéric de Saint-Sernin, qui fut ministre de Raffarin. Un roman qui, du Krach de 2008 aux attentats de 2015, et du sarkozysme au hollandisme, n’est pas tendre pour la realpolitik et se termine par cette question : « Comment la gauche a-t-elle pu échouer à ce point avec les classes populaires ? »

Pour Frédéric Beigbeder, la politique a abîmé l'écriture d'Aurélie Filippetti

FB : C'est le regard de quelqu'un qui, selon elle, ne correspond pas au pouvoir et qui se sent inapte, pas respectée, pas comprise... qui n'arrive pas à comprendre comme fonctionnent le pouvoir et la politique.

Le problème c'est que sur le fond, c'est extrêmement naïf. Il y a beaucoup de pages où c'est limite "Bécassine au milieu des méchants". Et plus stylistiquement, il y a des choses qui ne vont pas du tout, par exemple dans le livre, il y a un type qui vient et il a une "ponctualité ondoyante".

Aurélie Filippetti avait réussi ses premiers romans mais je pense que la politique lui a fait du mal, ça a abîmé son écriture. À force de fréquenter ces cons de technocrates, d'être insultée sur les réseaux sociaux et critiquée dans la presse, elle écrit maintenant comme quelqu'un de nunuche.

Michel Crépu a été très déçu lui aussi

MC : Effectivement, ses livres précédents étaient intéressants. Et pour moi, la question qui se pose, c'est : comment peut-on foirer à ce point un livre ?

La question de la politique et de l'amour, c'est formidable. Il n'y a pas mieux pour un écrivain que de travailler cette matière et d'en faire quelque chose. Et là, c'est catastrophique. Ce livre est très mal écrit, c'est ennuyeux, c'est lourd...

Nelly Kapriélan n'est absolument pas d'accord

NK : Je trouve que c'est un livre puissant. Il y a un souffle, un propos. Il se passe quelque chose. Il y a une puissance littéraire.

Il y a des scènes fortes : quand elle rencontre un financier qu'elle appelle "le Grand Argentier" qui lui fait comprendre qu'en gros, elle lui appartient, que le ministère de la Culture lui appartient....

Et comme elle ne donne aucun nom dans son livre, elle en fait une espèce de fresque absolument universelle du pouvoir. Finalement, son livre traite de quelque chose d'absolument délétère : quand le pouvoir prend le dessus sur la politique et quand chacun gère sa petite carrière.

Pour Arnaud Viviant, c'est un livre "terrible"

AV : Moi aussi, j'ai ricané en lisant certaines phrases, par exemple "Les kilomètres défilaient comme des chevaux au galop"... 

Mais au bout d'un moment vous ne riez plus du tout, parce que c'est terrible. Le portrait qu'elle fait de François Hollande devenu Président est terrible. Elle lâche vraiment ses coups.

Il y a aussi quelque chose d'absolument magnifique : ses deux pages sur la presse, où elle écrit comment l'Etat a tué la presse. Il faut lire ces deux pages pour comprendre ce qu'il s'est passé à cette époque, quand la plupart des grands journaux sont tombés dans l’escarcelle de grands argentiers.

Ecoutez

Ecoutez tous les échanges des critiques du Masque & la Plume autours du livre :

12 min

"Les Idéaux" d'Aurélie Filippetti : les critiques du Masque & la Plume

Aller plus loin

Les Idéaux de l’ancienne Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, paru en août 2018 aux éditions Fayard

Retrouvez toutes les interviews de France Inter avec Aurélie Filippetti.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.