Trois ans après le très personnel "D'après une histoire vraie", Delphine de Vigan retrouve l'esprit de ses livres précédents. "Les loyautés" dresse le portrait de deux gamins vraiment en détresse, Théo et Mathis. Qu'en ont pensé les critiques du "Masque et la Plume" ?

Delphine de Vigan est de retour avec "Les loyautés", son neuvième roman
Delphine de Vigan est de retour avec "Les loyautés", son neuvième roman © AFP / Laurent Emmanuel

Théo et Mathis, 12 et 13 ans, se cachent sous l'escalier de la cantine au collège pour boire une variété assez impressionnante d'alcools forts. Théo vit entre un père au chômage et une mère hystérique ; Mathis est le fils d'une femme singulièrement traumatisée et d'un père détestable. Il faut ajouter la prof, Hélène, qui ne va pas mieux, qui ne s'est jamais remise d'avoir été une enfant battue. Bref, le ciel est noir et bas dans ce roman dont le seul répit est cette loyauté du titre qui lit entre eux ces enfants blessés et ces adultes qui n'ont pas oubliés qu'ils avaient été des enfants blessés...

Arnaud Viviant : "Dans l'oeuvre de Delphine de Vigan, ce livre restera mineur"

Comme tout le monde parle de la même façon, les enfants comme les adultes, l'auteur est obligé d'indiquer qui parle en début de chaque chapitre. Au niveau de la forme, c'est nul

Ça ne tient pas debout. Ça ne marche que sur le réalismem ce genre de thriller. Si vous n'y croyez pas... Je n'ai pas eu peur, ça ne marche pas, et je n'ai pas compris l'intérêt de ce film.

Nelly Kapriélian : "J'ai beaucoup aimé ce roman"

Je trouve bien que dans son oeuvre, Delphine de Vigan, qui a fait justement un thriller la fois précédente qui a été un succès phénoménal et qui a été adapté par Polanski, revienne à quelque chose de beaucoup plus fragile, intimiste.

J'ai adoré qu'elle interroge, tout en faisant ce roman familial, quelque chose qui nous préoccupe tous : est-ce qu'on a été assez loyal dans nos vies ? Est-ce qu'il faut être loyal ?

Elle va montrer que ce qui est dangereux, ce n'est pas simplement des situations familiales, l'alcool, des tensions psychologiques, mais aussi la loyauté qui lie certaines personnes entre elles et qui peuvent faire qu'elles ne parlent pas au moment où il faudrait parler.

Patricia Martin : "C'est un livre très fort sur le devoir de protection qu'on a vis-à-vis des enfants"

Elle tape très juste quand elle parle de divorce, de chômage, qui sont des péripéties assez banales de la vie des adultes et qui sont des violences terribles pour les enfants. Elle prend vraiment avec beaucoup de finesse et de justesse le parti des enfants. C'est un peu comme un procès. On est entre l'accusation d'un procureur et la plaidoirie d'un avocat, sans cesse. 

Olivia de Lamberterie : "un roman très nerveux, très subtil"

Ce roman va complètement à l'inverse du précédent, qui était pour le coup un thriller domestique dans lequel elle jouait avec son lecteur : "Tu vas voir ce que tu vas voir... Est-ce que c'est vrai ou est-ce que ce n'est pas vrai ?" Là elle fait le contraire : elle attaque cash avec un prologue et avec un titre, dans lesquels elle explique ce qu'elle va interroger : la loyauté. 

C'est un roman très subtil dans lequel elle interroge toutes les formes de loyauté. C'est la loyauté de l'adulte vis-à-vis de l'enfant qu'il était. C'est aussi le conflit de loyauté de l'enfant pris entre ses deux parents divorcés. C'est également la loyauté du petit garçon qui est l'ami de cet enfant qui boit du martini sous l'escalier : il voit bien qu'à un moment ça devient grave et il se demande "Est-ce que je dois trahir mon copain ? Est-ce que je dois aller avec lui ?"

Ecoutez 

[ALERTE SPOILER] Ecoutez l'intégralité des critiques échangées sur Les loyautés autour de Jérôme Garcin par les critiques Olivia de Lamberterie (Elle), Nelly Kapriélian (Inrockuptibles), Patricia Martin (France Inter) et Arnaud Viviant (Transfuge) :

8 min

"Les Loyautés" de Delphine de Vigan : qu'en pensent les critiques du Masque et la Plume ?

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.