Les strips de Catherine Meurisse parus dans Charlie Hebdo sont réunis dans un livre. Une ode sensuelle et humoristique à la vie.

Détail de la couverture de "Scènes de la vie hormonale"
Détail de la couverture de "Scènes de la vie hormonale" © Catherine Meurisse/Dargaud

En avril, Catherine Meurisse nous avait bouleversés avec sa Légèreté. La dessinatrice y racontait sa reconstruction après l’attentat de Charlie, qui avait supprimé chez elle toute envie de dessin. Sa renaissance était passée par la beauté, les amis et l’art. Les planches de Scènes de la vie hormonales ont été publiées dans Charlie Hebdo en 2015 et 2016. Elles racontent à hauteur de corps les problématiques sexuelles et amoureuses des trentenaires. Il y est question de sexualités, de GPA, de relation de couples, de désir d’enfants… On pense à une Brétecher d’aujourd’hui. Son trait, toujours aussi vif, s’est arrondi. Elle l’explique par un désir de douceur, d’empathie, né après l'attentat contre Charlie.

Catherine Meurisse :

Comme La Légèreté, ce livre parle de la libido au sens large, du désir de retrouver la vie et la création après le passage de la violence. Scènes de la vie hormonale parle de la libido en tant qu'énergie sexuelle et sentimentale. Du corps qui se contorsionne, qui s’engueule, qui s’avachit sur les canapés ou dans des lits… Des corps qui essayent de communiquer, de se comprendre et qui n’y arrivent pas, mais qui sont bien vivants. Mon dessin est pulsionnel : c’est un dessin de survie. Un trait tout simple, des personnages jetés, esquissés, pas de décor, pas besoin… Je voulais aller à l’essentiel : dessiner la tentative de communication entre individus.

Catherine Meurisse commente la planche ci-dessous :

J’aime le burlesque

Page 76 de Scènes de la vie hormonale
Page 76 de Scènes de la vie hormonale © Catherine Meurisse/Dargaud

Feuilletez quelques pages :

►►►Catherine Meurisse, invitée de Clara Dupont-Monod dans L'Amuse bouche

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.