Voici une sélection des livres qui ont fait le bonheur des lectures du "Masque & la Plume" cette saison et à déguster sur le transat : "De sable et de neige", "Divine Jacqueline", "La grâce", "Le Parfum des fleurs la nuit", "Le Roman de Jim","Le silence", "L’Ami arménien", "Serge", "Will", "James et Nora"…

LIVRES - Les 14 coups de cœur du Masque & la Plume à déguster sous le soleil cet été !
LIVRES - Les 14 coups de cœur du Masque & la Plume à déguster sous le soleil cet été ! © Getty / Juan Algar

Voici les 14 coups de cœurs des critiques du Masque & la Plume cette saison. Qu'en ont pensé Jean-Louis Ezine, Olivia de Lamberterie, Frédéric Beigbeder, Arnaud Viviant, Patricia Martin, Jean-Claude Raspiengeas et Michel Crépu

  • "Billy Wilder et moi" de Jonathan Coe
  • "De sable et de neige" de Chantal Thomas
  • "Divine Jacqueline" de Dominique Bona 
  • "James et Nora" d'Edna O’Brien 
  • "J’irais nager dans plus de rivières" de Philippe Labro
  • "L’Ami arménien" de d'Andréï Makine
  • "La Grâce" de Thibault de Montaigu
  • "Le Journal amoureux" de Benoîte Groult et Paul Guimard
  • "Le Parfum des fleurs la nuit" de Leïla Slimani
  • "Le Roman de Jim" de Pierric Bailly 
  • "Le Silence" de Don DeLillo 
  • "L’Inconnu de la poste" de Florence Aubenas 
  • "M. Je-sais-tout" de John Waters
  • "Serge" - Yasmina Reza

"Billy Wilder et moi" de Jonathan Coe

9 min

"Billy Wilder et moi" de Jonathan Coe

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Gallimard

Jérôme Garcin : "L'auteur vous emmène en Grèce, en 1977, sur le tournage de Fedora, l'avant dernier film de Billy Wilder avec Marthe Keller et William Holden. Le cinéaste a fui le nazisme pour les Etats-Unis, où il voit émerger des Spielberg ou encore des Coppola. Il vit son chant du cygne et se confie à Calista, le personnage fictif de cette histoire qui lui sert d'interprète". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Franchement, lisez ce livre !

Fredéric Beigbeder : "c'est éblouissant. J'ai été charmé de bout en bout [...] C'est un livre avec des dialogues géniaux [...] beaucoup de finesse [...] un scénario imaginaire brillantissime [...] et une chute géniale".

Jean-Louis Ezine "surpris d'adorer" salue "un travail incroyable".

Michel Crépu y loue "une liberté et une indifférence très excitantes".

"De sable et de neige" de Chantal Thomas

8 min

"De sable et de neige" de Chantal Thomas

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Mercure de France

Jérôme Garcin : "Un livre qui relève du registre intime, comme elle a habitué son lecteur. À Arcachon et dans les Pyrénées, l'auteure raconte sa vie auprès de son père, ses hobbies comme les siens, ses expériences, ses doutes… Le livre commence sur le sable radieux du Cap Ferret et se termine au Japon avec, en prime, de jolies photos en noir et blanc".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Lisez tous les livres de Chantal Thomas.

Frédéric Beigbeder : "La seule chose qu'on peut dire quand on referme ce livre, c'est merci tant c'est exceptionnellement bien décrit, espiègle, merveilleux et nostalgique, émouvant aux larmes".

Pour Jean-Claude Raspiengeas, c'est "la grâce à l'état pur" [...] un livre d'une très grande sensualité, d'une intelligence du voyage absolument magnifique. 

Olivia de Lamberterie en a pleuré de gratitude : "ça balance toujours entre la joie et la mélancolie". 

"Divine Jacqueline" de Dominique Bona 

9 min

"Divine Jacqueline" de Dominique Bona

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Gallimard 

Jérôme Garcin : "La grande biographe enquête cette fois-ci sur une personnalité toujours vivante, la styliste Jacqueline de Ribes, "figure de la jet-set des années 1960, l'un des signes préférés de Truman Capote et de Richard Avedon, amie d'Yves Saint-Laurent et des Visconti, devenue une icône du style, et un symbole de l'élégance française…". Elle raconte la vie de cette aristocrate qui fonda sa propre maison de couture à Billiard.

Arnaud Viviant : "ce livre m'a vraiment plusieurs fois donné envie de faire ou de refaire la révolution [...] Vous êtes chez ces gens-là où c'est luxueux".

Pour Olivia de Lamberterie : "la peinture que Dominique Bona fait de ce milieu-là est extraordinaire"

Frédéric Beigbeder : "un roman Fitzgeraldien sur une aristocratie française".

"James et Nora" d'Edna O’Brien 

9 min

"James et Nora" d'Edna O’Brien

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Sabine Wespieser

Jérôme Garcin : "Le portrait du couple James Joyce et Nora Bernacle, une fille de la campagne originaire de Galway, que l'écrivain a rencontrée à Dublin en juin 1904, la date exacte où commence l'action de son roman "Ulysse". Le couple aura deux enfants, une vie sexuelle "flamboyante", connaîtra la misère, mais resteront ensemble jusqu'à la mort de Joyce, en 1941". 

Michel Crépu : "un livre très impressionnant, extraordinaire tout en restant modeste".

Arnaud Viviant salue "une magnifique retranscription de cette histoire d'amour qui donne une large place à un érotisme plurilinguistique" 

Olivia de Lamberterie : "il y a quelque chose de très beau, de très exaltant et de stupéfiant". 

Patricia Martin "c'est une prouesse littéraire, c'est très beau et surtout époustouflant !"

"J’irais nager dans plus de rivières" de Philippe Labro

▶︎ Chez Gallimard

Jérôme Garcin : "on croise beaucoup de beau monde : Melville, Montand, Trintignant, Lazareff, le patron de France-Soir, Gainsbourg, Fabrice Lucchini, Johnny pour qui Labro écrivit de nombreuses chansons, dont Jésus-Christ est un hippie et surtout Oh ma jolie Sarah. L'écrivain-journaliste veut laisser une trace de tout ce qu'il a aimé sur Terre". 

Michel Crépu : "Un livre construit à partir de phrases d'autres personnes et j'ai pris beaucoup de plaisir à me promener dans ce livre". 

Jean-Claude Raspiengeas : "Un témoignage exaltant d'un chemin de vie car il y a chez Labro les qualités et les dons de tout bon journaliste : la passion, la curiosité, le regard, la plume et le vif désir de témoigner". 

Olivia de Lamberterie : "C'est très beau, l'auteur oscille entre l'euphorie d'un enfant qui veut tout vivre, tout garder puis, la mélancolie d'un homme qui regarde sa vie passée". 

"L’Ami arménien" de d'Andréï Makine

▶︎ Éditions Grasset

Jérôme Garcin : "Andreï Makine est né en Sibérie en 1957. Il est arrivé à 30 ans à Paris, où il a obtenu l'asile politique. Dans ce roman, il relate un épisode de sa jeunesse, dans les années 1970, il vit dans un orphelinat en Sibérie, où il prend la défense de Vardan, un adolescent devenu bouc émissaire, qui habite le quartier dit du Bout du Diable, où il va être accueilli par une petite communauté de famille arménienne dont les proches sont jugés pour subversion séparatiste et complot anti-soviétique, et bientôt condamnés au goulag". 

Jean-Claude Raspiengeas, c'est "un grand roman sur l'exil, les destinées échouées et l'humanisme, qui parle magnifiquement bien de la façon dont les exilés reconstituent, avec très peu de choses, le monde autour d'eux". 

Patricia Martin touchée par "une beauté dans une noirceur absolue, un désespoir total, avec des passages absolument magnifiques". 

Arnaud Viviant salue "un livre plein d'une humanité en train de disparaître, extrêmement touchante".

"La Grâce" de Thibault de Montaigu

▶︎ Chez Plon

Jérôme Garcin : "Au départ, l’auteur voulait écrire sur Xavier Dupont de Ligonnès. Parti sur ses traces, il s'est retrouvé dans une abbaye bénédictine près de Carpentras, où il a eu la révélation. Voici que pour l'ancien jet-setteur et athée, Dieu existait. Il s'est mis sur les pas de son oncle paternel, Christian de Montaigu. Ce noceur homosexuel avait également quitté les nuits parisiennes pour devenir prêtre franciscain dans le Nord, puis dans la banlieue ouvrière du Havre". 

Jean-Claude Raspiengeas : "un récit formidable, un grand livre sur la conversion".

Michel Crépu : "ce livre est l’un des plus étonnants de la rentrée. On est en face de quelque chose de profondément proche de Bernanos ou de Georges Bataille".

Arnaud Viviant : "un grand livre sur la psychanalyse et une lecture extrêmement agréable"

Olivia de Lamberterie : "c'est assez costaud comme ambition de raconter ce qui se passe au-delà de la raison".

"Le Journal amoureux" de Benoîte Groult et Paul Guimard

9 min

"Journal amoureux" de Benoîte Groult et Paul Guimard

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Stock

Il a été rédigé à quatre mains, à partir de 1959. Le couple venait de faire un tour du monde sur le yacht d'un richissime homme d'affaires. Paul Guimard, prix Interallié 1957, pour "Rue du Havre", et Benoîte Groult, décident de rédiger ce faux journal. Une manière assez élégante pour lui, déjà écrivain, d'offrir à sa femme de moyen le devenir. Dans ces pages, Benoîte Groult, journaliste à l'époque, clame haut et fort son féminisme. Pendant ce temps-là, Guimard court les studios de radio et de cinéma, il flirte, il fait des poèmes.

Olivia de Lamberterie salue "un livre totalement réjouissant, une merveille d'esprit, d'humour, de mauvaise foi, de fainéantise, qui dresse le portrait sociétal d'une époque". 

Arnaud Viviant a "découvert et adoré" Paul Guimard.

Michel Crépu bluffé par "un équilibre subtil et parfait entre le sérieux et le plaisir".

"Le Parfum des fleurs la nuit" de Leïla Slimani

9 min

"Le Parfum des fleurs la nuit" de Leïla Slimani

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Stock

Un livre qui intervient entre deux épisodes de son cycle romanesque, familial marocain entamé avec "Le pays des autres", fidèle au titre de la collection "Ma nuit au musée". Elle relate la nuit d'avril 2019 qu'elle a passée à la Punta della Dogana, à Venise, au milieu des œuvres d'art contemporain, des installations de la Fondation Pinault. L'occasion pour l'auteure de s'interroger sur l'enfermement, convoquant les fantômes du passé. 

Jean-Louis Ezine : "elle fait le détail de tout ce qui retient un écrivain d'écrire, de développer, de continuer".

Pour Olivia de Lamberterie, "c'est son meilleur texte. Celui où, pour la première fois, elle fend l'armure, elle raconte l'histoire de son affranchissement, comment elle a pu devenir l'écrivaine et la femme libre qu'elle est aujourd'hui"

Frédéric Beigbder : "C'est comme si, tout d'un coup, Leïla Slimani était née et était enfin devenue écrivain".

"Le Roman de Jim" de Pierric Bailly 

9 min

"Le Roman de Jim" de Pierric Bailly

Par Jérôme Garcin

▶︎ Éditions POL

Jérôme Garcin : "Le portrait d'un garçon un peu sauvage dans le Jura, Aymeric, qui s'accommode très bien de la précarité, qui est un gage, selon lui, de liberté. Il retrouve une ancienne collègue de casino où il était employé précaire, Florence, qui est séparée de son mari, mais porte depuis six mois son enfant. Quand le petit Jim vient au monde, Aymeric en devient fou et le considère comme son fils. Jusqu'à ce qu'un matin, Christophe, le père biologique, réapparaisse".

Un mélo sans outrance, sans emphase, que j'ai trouvé déchirant.

Arnaud Viviant, "c'est absolument magnifique. Deux fois, j'ai eu la larme à l'œil. Ces personnages sont tous beaux et d'une humanité absolue. C'est le meilleur roman que j'ai lu depuis longtemps".

Frédéric Beigbeder salue "un livre assumé et lucide sur le sujet de la famille recomposée qui n'est pas encore si évident que cela dans les consciences aujourd'hui".

Jean-Claude Raspiengas applaudit "le roman de cette France des intérimaires qu'on n'a jamais aussi bien raconté… Une écriture droite, juste, d'une puissance narrative commune très belle et très forte".

"Le Silence" de Don DeLillo 

8 min

"Le Silence" de Don DeLillo

Par Jérôme Garcin

▶︎ Chez Actes Sud

Jérôme Garcin : "Une fable visionnaire où l'auteur nous promet la fin du monde en 2022. Un dimanche soir, à Manhattan, cinq amis, deux couples, un étudiant doivent se réunir mais pas pour regarder à la télé le Superbowl, la finale du championnat de foot américain. Soudain, c'est la panique, un black out général, le big bug : l'écran devient noir, toutes les connexions numériques sont coupées". 

Patricia Martin : "un livre visionnaire autant qu'extraordinaire, qui fait absolument froid dans le dos. Avec cette impression que, tout à coup, tout vous échappe provoquant beaucoup de sensations d'angoisse absolument terribles".

Michel Crépu "ne croit pas avoir jamais lu une petite chose en quantité aussi chargée en intensité !" 

Arnaud Viviant : "on a l'impression que c'est un livre testamentaire et, en même temps, d'un très grand comique".

"L’Inconnu de la poste" de Florence Aubenas 

12 min

"L’Inconnu de la poste" de Florence Aubenas

Par Jérôme Garcin

▶︎ Éditions de L'Olivier

Jérôme Garcin : "La nouvelle enquête de Florence Aubenas commence en décembre 2008 dans la petite ville de Montréal-la-Cluse, dans l'Ain, à la poste où elle travaillait, Catherine Burgot, 41 ans, enceinte, est assassinée de vingt huit coups de couteau et 2 500 euros sont dérobés. Un jeune marginal est suspecté et placé en garde à vue. C'est Gérald Thomassi. Florence Aubenas a mené l'enquête pendant six ans, un portrait de Thomassin, mais aussi de cette France reculée, montagnarde de ces années-là". 

C'est passionnant, c'est édifiant, c'est exceptionnel !

Frédéric Beigbeder a "adoré l'originalité de ce fait-divers à l'écriture objective".

Pour Arnaud Viviant : "c'est absolument merveilleux parce qu'on est vraiment pris dans un roman doté d'une beauté intérieure, d'une humanité extraordinaire alors même qu'il s'agit, à la base, d'un crime crapuleux".

Jean-Claude Raspiengeas touché par "une des rares auteures aujourd'hui à s'intéresser à cette France des invisibles, oubliée, reculée où il ne se passe rien avec laquelle elle entretient une proximité naturelle". 

"M. Je-sais-tout" de John Waters

5 min

"M. Je-sais-tout" de John Waters

Par Jérôme Garcin

▶︎ Actes Sud

Jérôme Garcin : "John Waters est un réalisateur de films underground. Tous se passent à Baltimore, sa ville natale. Il semble avoir autant de casquettes qu’il a eu de vies. À soixante-quatorze ans, toujours aussi déjanté et acerbe, il revient avec ce livre de mémoires, de conseils et d’expériences personnelles, d’hommages et d’exercices d’admiration, d’humour irrévérencieux et de "punch lines" ravageuses".

Pour Jean-Louis Ezine, "c'est un livre magistral, un livre de maître. Il faut être un bad boy aujourd'hui pour montrer sa liberté".

Arnaud Viviant l'a trouvé "drôle" voire "hilarant" avec, toujours, un bon goût partout.

Frédéric Beigbeder : c'est "un livre trash et délirant comme aucun jeune ne pourrait plus  en écrire actuellement".

"Serge" de Yasmina Reza

9 min

"Serge" de Yasmina Reza

Par Jérôme Garcin

▶︎ Éditions Flammarion

Jérôme Garcin : "Un livre qui raconte, au moment où les parents s'en vont, l'histoire d'une fratrie : Serge, l'aîné, Anna, alias "Nana", et Jean, le cadet et narrateur. À l'exception de Nana, en couple très solide, les deux frères ont des vies sentimentalement compliquées. Yasmina Reza est toujours absolument stupéfiante et signe là un roman choral transgénérationnel". 

Jean-Claude Raspiengeas applaudit "des dialogues crépitants et la description de l'enfermement quant à la dépendance des liens familiaux".

Olivia de Lamberterie : "j'ai l'impression que l'intelligence circule partout, la construction du livre est d'une virtuosité folle ! C'est tellement beau…"

Pour Arnaud Viviant, "c'est du grand travail. Tout est beau".

Aller plus loin

📖  LIVRE CRITIQUES | Toutes les différentes œuvres livresques passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, littérature ou théâtre 

Thèmes associés