Après la série de "Notre mère la guerre", le duo Kris et Maël, revient avec une BD d’aventure sur l’engagement pendant les années 1920.

Détail de la couverture "Notre Amérique"
Détail de la couverture "Notre Amérique" © Kris et Maël - Futuropolis

Le 12 novembre 1918, au premier jour de la Paix revenue, un vainqueur, le Français Julien Varin rencontre un vaincu, l’Alsacien Max Brunner. Embarqués à bord d’un cargo rouillé, Julien et Max quittent la France pour l’Allemagne. Finalement ce sera l’Amérique avec l’idée d’aider les révolutionnaires mexicains. Les deux auteurs de Notre mère la guerre, nous emmènent dans une saga prévue en quatre volumes, que l’on pressent, au vu de ce première tome qui prend le temps de planter le décor, comme pleine de souffle, et dépaysante. Le beau dessin de Maël à l’aquarelle n'est pas trop léché pour donner ce qu’il faut d’épaisseur et de véracité aux personnages et à leur engagement. On s’attache vite à eux. Julien Varin, qui tient physiquement d’un mélange de Jack London et de Corto Maltese est inspiré par John Reed, le journaliste américain qui couvrit la révolution d'octobre en Russie- Kris s’est d’ailleurs servi de ses textes pour écrire l’histoire. Le scénariste convoque aussi Steinbeck, Faulkner, Sergio Leone, Coppola ou Martin Scorsese… Ce qui place cette série sous les meilleurs auspices.

Il fallait qu’on ait des personnages qui fassent connaissance au sortir de la Grande Guerre pour qu’ils trimbalent la violence de celle-ci avec eux. Le tumulte de l’époque c’est la révolution, mais pas en Russie, ni en Allemagne. On avait aussi envie de donner un rôle aux femmes qui étaient en creux dans Notre mère la guerre :

Mael :

Feuilletez quelques pages :

Comment j’ai dessiné Notre Amérique, la leçon de dessin de Maël :

Notre Amérique – premier mouvement : Quitter l’hiver - de Kris et Maël est publié chez Futuropolis

Aller + loin :

_Un Maillot pour l'Algérie, l_e précédent livre de Kris dans le mag de l'été de Leïla Kaddour-Boudadi, dans Bulles de BD et dans le Give me five de Joy Raffin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.