Boris Cyrulnik, Daniel Kahneman, Irvin Yalom… Retrouvez ici la sélection donnée dans "Grand bien vous fasse" par Christilla Pellé Douël, de "Psychologies Magazine", Jean-François Marmion, rédacteur en chef du "Cercle psy" et Pascale Senk, journaliste spécialisée en psychologie, et Christophe André, psychiatre.

Quelques livres incontournables en matière de développement personnel
Quelques livres incontournables en matière de développement personnel © Getty / ZenShui/Eric Audras

"Système 1, système 2, les deux vitesses de la pensée", de Daniel Kahneman

Éditions Flammarion, 2012

Daniel Kaheman a un peu révolutionné la façon dont on se considère chacun. Parce qu'on a l'impression, tous, que l'on est plus intelligent que la moyenne, qu'on réfléchit avant de parler, qu'on mène notre vie pas si mal que ça. Et lui, scientifiquement, depuis des décennies, il a montré que nous sommes sujets quotidiennement, en permanence, à ce qu'on appelle des biais cognitifs, c'est à dire des erreurs de raisonnement. On traficote notre petite logique pour qu'elle colle à notre réalité, pour nous donner raison en permanence. Il a écrit là-dessus…. 

Daniel Kahneman estl'un des trois psychologues à avoir eu un prix Nobel en économie. "C'est assez marrant de voir que les psychologues intéressent les jurys des prix Nobel à partir du moment où il nous démontre qu'on est pas si malin qu'on le croit" note Jean-François Marmion.

"La nuit, j’écrirai des soleils" de Boris Cyrulnik

Éditions Odile Jacob, 2019

"On lui reproche de parler toujours de la même chose, la résilience, mais en réalité il creuse son sillon, il approfondit sa réflexion" estime Christilla Pellé Douël. "Il met sa pensée et sa réflexion à la portée de tout le monde, sans jamais descendre d'un cran de son art de l'écriture.

Il est extrêmement pédagogique et c'est formidable. D'ailleurs, le succès inaltérable de ces ouvrages est là pour le prouver.

Et ce livre est un petit bijou : il parle de l'importance de l'écriture et de la lecture dans le phénomène de résilience, et comment ça peut nous aider, lors de drames dans notre existence, à reprendre le dessus et à reprendre le cours de notre vie. Mais ça s'adresse à tout le monde, également aux gens qui n'ont pas la capacité ou l'envie d'écrire. Et c'est en ça qu'il touche un si grand public. C'est vraiment un auteur important". 

Pascale Senk ajoute  : "Avec ce livre, il touche au cœur de l'humain, c'est-à-dire les mots. Il nous montre comment nous pouvons transformer notre être et notre représentation du réel grâce aux mots. Quand on sait qu'actuellement, certains individus disposent de 600 mots de vocabulaire alors qu'il y a 60 000 mots dans un dictionnaire général, il nous rappelle que c'est par l'acquisition de la langue par la variété du vocabulaire, par la capacité à écrire qu'on se reconstruit. Et ça, vraiment, c'est magnifique parce qu'il le vit de l'intérieur". 

"Apprendre à mourir, la méthode Schopenhauer" d'Irvin David Yalom

Éditions Galaade, 2005

Pascale Senk le met au devant de la scène tant c'est pour elle "une personnalité majeure de la psychothérapie existentielle. C'est quelqu'un qui nous rappelle que si nous essayons de fuir les grandes données de notre condition humaine, à savoir le risque de solitude, la peur de l'isolement, la peur de la mort, la vieillesse, la maladie, on va se sentir de plus en plus mal et que c'est, en fait, en les confrontant et en travaillant dessus au jour le jour qu'on peut vivre bien. 

C'est son livre le plus abouti, le plus beau

Quand il est arrivé dans les années 1990, il parlait de "la psychothérapie de groupe", qui n'a pas vraiment beaucoup d'attrait en France, ce qui est très dommage parce que c'est une psychothérapie puissante. Et dans ce livre, on comprend ce qui se passe dans un groupe psychothérapeutique, c'est magnifique !". 

Pour Christilla Pellé Douël aussi, "c'est un des piliers, un des classiques qu'il faut absolument lire : l'écriture est magnifique, c'est romancé et absolument passionnant à lire aussi, il a le sens de l'humour très fréquemment".

"Devenir le meilleur de soi-même" d’Abraham Maslow

Eyrolles, 2013

C'est un autre coup de cœur de Jean-François Marmion : "Dans ce livre, Abraham Maslow développe sa fameuse pyramide des besoins dont on parle encore 70 ans après, mais à juste titre, parce que c'est un bon modèle. En gros, rapidement : vous avez les besoins physiologiques les plus élémentaires qui doivent être satisfaits (avoir à manger et à boire), et puis avoir ensuite des besoins de sécurité qui doivent être satisfaits, etc. Plus on monte dans la pyramide, plus les besoins sont superflus. En haut de la pyramide, vous avez l'accomplissement de soi. Alors pour s'accomplir soi-même, il faut avant toute chose avoir résolu ses besoins alimentaires, puis ses besoins de sécurité, ses besoins d'appartenance, ses besoins d'estime de soi. Il faut avoir en quelque sorte le minimum vital et le minimum requis pour pouvoir espérer aller plus loin, en tout cas 

Alors évidemment, ce n'est pas hyper scientifique à la base, mais ça parle à chacun de nous. Et ça, ça nous amène à réfléchir à ce qui est vraiment important pour nous, vraiment essentiel".

"Ma vie, souvenirs, rêves et pensées, de Carl Gustav Jung

Folio poche, 1967

Un livre conseillé par Pascale Senk car "dans les livres de psychologie, tout ce qui est autobiographie, journaux intimes, récits sont des alliés incontournables de l'introspection. Et celui ci est un classique. Il est paru en 1957, Jung a 83 ans et il revient sur sa vie, notamment sur le moment où il a quitté Freud, où il vit une rupture (donc, on peut s'identifier comme toute personne ayant à vivre des ruptures, des trahisons, des nouveaux cycles à commencer) et il raconte de l'intérieur la grande crise qu'il traverse et comment il est sorti de ça. 

C'est un ouvrage à ce jour inégalé sur l'introspection : rentrer en soi, oser regarder ses rêves, oser regarder les relations avec ses parents, oser se rappeler comment on était enfant. C'est majeur". 

Christilla Pellé Douël renchérit : "C'est un livre merveilleux qu'on peut lire par petits morceaux. L'écriture est absolument splendide. Le développement de la pensée, tout ce qu'il dit sur les rêves, sur l'inconscient collectif, est absolument remarquable et extraordinaire."

"Mieux savoir bien vivre, 52 astuces mentales pour ne pas passer à côté de sa vie" de Rolf Dobelli

Edition Solar, 2019

Jean-François Marmion aime beaucoup cet auteur-là, qui en plus "écrit des textes très courts qu'on peut picorer dans l'ordre qu'on veut. 

Il parle beaucoup de biais cognitifs, de stoïcisme (qui revient énormément à la mode)  et moi, je trouve ça très malin parce qu'il arrive à faire entre la psychologie, un peu de marketing et un peu de management… C'est un moraliste, pour moi - pas quelqu'un qui donne des leçons de morale, c'est quelqu'un qui décrit les mœurs de ses contemporains. C'est quelqu'un qui décrit notre notre fonctionnement à nous, qui met bas les masques

Pour moi, il est représentatif d'une nouvelle génération d'auteurs du développement personnel qui frappe là où on ne les attend pas. Par exemple, il y a Mark Manson, qui a écrit L'art subtil de s'en foutre (Ed. Eyrolles, 2017). Ou encore John-c Parkin, Rien à foutre ! (Ed. Contre-dires, 2011). Ce sont des gens qui vous expliquent qu'il faut se recentrer sur l'essentiel -ce n'est pas nouveau, mais c'est très bien dit. 

Il y a aussi d'autres auteurs, comme Marianne Power, qui a écrit un bouquin qui s'appelle Comment le développement personnel n'a pas changé ma vie (Ed. Stock, 2018) . Elle explique que tous les mois, elle a essayé une nouvelle technique de développement personnel. Elle a changé d'auteur, elle a changé de technique et ça a vraiment changé sa vie - mais parfois, pour le pire. Elle s'est aperçue que finalement, c'était pas la peine de se développer".

"Pensées pour moi-même" de l'empereur philosophe romain Marc-Aurèle

"C'est un de mes livres de chevet" reconnaît Christophe André, "je l'ai en cinq ou six versions. Je trouve ça très émouvant, ce manuel qui est un pur produit de la philosophie stoïcienne de l'Antiquité, parce que quand on lit, on s'aperçoit que les préoccupations de cet homme qui vivait il y a près de deux millénaires, qui était empereur, a les mêmes préoccupations qu'un humain dès 2020. Il se demande comment conduire sa vie, comment être juste, comment savourer ce qui lui est donné au lieu de toujours courir après ce qu'il n'a pas… Et c'est extrêmement touchant de voir la permanence de nos aspirations les plus profondes.

"Petit traité de philosophie naturelle" de Kathleen Dean Moore

Éditions Gallmeister, 2006.

Kathleen Dean Moore est naturaliste et philosophe. Quand elle se promène dans la nature (c'est d'ailleurs une grande randonneuse, qui ne part jamais sans avoir tout son équipement pour pouvoir observer les plantes, les animaux, etc.), elle mêle des observations naturalistes avec des réflexions philosophiques et tout ça dans des courts chapitres qui sont des petits bijoux d'écriture, d'intelligence, de sensibilité et d'humanité. 

Un chapitre en particulier a touché Christilla Pellé Douël,"dans lequel elle parle à la fois d'une grande randonnée qu'elle a fait avec son mari, du froid, ils dorment dehors, etc. et des pensées qui l'agitent parce que sa fille est en train de quitter la maison et donc qu'elle réfléchit sur la nécessité de ce détachement, de cette rupture qu'elle constate partout dans la nature. Les animaux laissent partir leurs petits et même parfois les mettent hors du nid, et à sa propre difficulté à laisser partir son enfant, à ne pas se ronger d'inquiétude en pensant à sa fille qui est en train de traverser tous les États-Unis en voiture. C'est absolument magnifique ! Ce sont des petits textes que je relis régulièrement" 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Quelques livres de psychologie et développement personnel, Grand Bien Vous Fasse, par Ali Rebeihi

📖 LIRE - Christilla Pellé Douël, Ces livres qui font du bien (editions Marabout)

📖 LIRE - Pascale Senk, Et tu verras ta vie autrement (éditions Larousse)