Se plonger dans les textes autobiographiques de cette icône du féminisme à l’époque du mouvement #meToo a quelque chose de salutaire et d’opportun… Simone de Beauvoir entre bien tardivement dans la Pléiade, mais elle y est et c’est tant mieux.

Simone de Beauvoir en 1983 à Paris. La philosophe s'éteindra trois ans plus tard.
Simone de Beauvoir en 1983 à Paris. La philosophe s'éteindra trois ans plus tard. © AFP / Michèle Bancilhon

Ce sont deux volumes des Mémoires qui entrent dans la prestigieuse collection de Gallimard. Ces Mémoires couvrent les années 1956-1981 et contiennent les Mémoires d’une jeune fille rangée, La Force de l'âge, La Force des choses, Une mort très douce, Tout compte fait et La Cérémonie des adieux, ainsi qu’un merveilleux et très illustré album Simone de Beauvoir, conçu par sa fille adoptive Sylvie Le Bon de Beauvoir.   

La Pléiade et le féminisme

Olivia de Lamberterie souligne : "Simone de Beauvoir rentre très tard dans la Pléiade, c'est quand même 32 ans après sa mort… alors que Jean-Paul Sartre y est rentré deux ans après sa mort". À quoi, Nelly Kapriélian pointe : "Et Jean d'Ormesson : trois ans avant la sienne !". Sexiste, La Pléiade ? 

Ce qui est dingue aussi -on peut dire que ce n'est pas le sujet, mais c'était le sujet de Simone de Beauvoir - c'est qu'il y a seulement 11 femmes dans la Pléiade, et 209 hommes…

D'autant que, comme Olivia de Lamberterie le souligne, le célèbre "Deuxième sexe" (1949) est absent de cette publication - dommage estime-t-elle "parce que si vous êtes une femme, quel que soit votre âge et votre nationalité, quand vous avez lu Le deuxième sexe, vous n'étiez plus la même personne". Arnaud Viviant renchérit : "J'avais le même problème avec Virginia Woolf qui fait partie de la Pléiade aussi : ils n'avaient pas publié Une chambre à soi qui est le grand texte du féminisme aujourd'hui". D'un autre côté, on peut reconnaître à la Pléiade une certaine logique à rassembler tout ce qui est autobiographique dans des Mémoires

Simone de Beauvoir : une grande théoricienne, mais pas que

Pour Nelly Kapriélan on peut voir dans ces romans autobiographiques "à quel point elle n'était pas juste une théoricienne. Elle vivait dans sa vie par son corps, par ses amours, par ses doutes, par ses questionnements sur ses amitiés, sur ses choix intellectuels, sur ses jalousies, sur ses ambiguïtés, sur ses complexités

Je trouve ça bien de rappeler à quel point elle a été libre, à quel point c'est une femme qui a incarné, dans sa vie et dans son corps, la liberté qu'elle prônait de façon théorique dans le Deuxième sexe

La Pléiade, un tombeau somptueux ?

Michel Crépu observe : 

L'entrée dans la Pléiade, ce n'est pas forcément un cadeau : cela peut-être un tombeau somptueux, où il ne se passe rien. 

Il ajoute : "Il va être intéressant de voir si ça va provoquer des choses..."

Écoutez

Écoutez l'ensemble des échanges entre les critiques sur le plateau du Masque et la Plume - y compris une suggestion de Nelly Kaprielan et Olivia de Lamberterie adressée à Mr Gallimard pour une nouvelle auteure qui mériterait de rentrer dans la Pléiade...

10 min

"Mémoires" de Simone de Beauvoir : les critiques du Masque et la Plume

Aller plus loin

Les Mémoires de Simone de Beauvoir sont publiées depuis mai 2018 dans la Pléiade, chez Gallimard.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.