Pour beaucoup Christine Angot est chroniqueuse dans "On n'est pas couché", mais elle est avant tout romancière. Enfin sur ce point les critiques du Masque et la Plume ne sont pas vraiment d'accord : ce n'est pas de la littérature et elle n'est pas écrivain. Cela fait pourtant une vingtaine d'années qu'elle publie...

Christine Angot est à l'affiche de cette rentrée littéraire 2018 avec "Un tournant de la vie" publié aux éditions Flammarion
Christine Angot est à l'affiche de cette rentrée littéraire 2018 avec "Un tournant de la vie" publié aux éditions Flammarion © Getty / Franco Origlia

Le résumé du livre de Christine Angot par Jérôme Garcin

La narratrice qui écrit, ou plutôt qui peine à écrire, ressemble beaucoup à l’auteure, vit avec un musicien et ingénieur du son, qui est antillais et s’appelle Alex. Un jour dans la rue, elle aperçoit Vincent, qu’elle a follement aimé et qui, lui, ressemble beaucoup à Doc Gynéco, du moins celui du « Marché des amants ». En l’apercevant presque dix ans après leur séparation, elle a, je cite, « le cœur battant » et « les jambes coupées ». 

Comme dans Jules et Jim, vers quoi lorgne Christine Angot, la narratrice balance entre le désir et la fidélité, son ex et Alex, entre « ses deux mecs », qui ont en plus la fâcheuse idée de travailler ensemble. Jusqu’à cet aveu, page 147 : « J’en peux plus d'Alex. J’ai pas une phrase qui tient debout »... C'est un roman essentiellement dialogué.

"Un roman à l'eau de rose totalement faiblard" pour Eric Neuhoff

EN : Elle fait des progrès. C'est encore pire que d'habitude. Et là tu as raison, les dialogues son totalement indigents, c'est même pas un carnet de blanchisseuse ni une liste de courses, c'est d'une telle faiblesse que par moment elle est obligée, pour marquer un silence, de mettre un tiret et des points de suspension.

Et surtout physiquement ça va très mal : "mon coeur se serrait", "j'avais les jambes coupées, le coeur qui battait"... La gorge ne va pas beaucoup mieux, "j'avais la gorge nouée", "ma gorge s’étranglait". Je ne sais pas comment une gorge peut s'étrangler...

Et il y a un côté gnian-gnian : "dans le lit bien chaud, tout me paraissait merveilleux". Le personnage s'appelle Alex et elle le surnomme "Alexinou", "Minou", moi je pleure...

On nous bassine depuis des années en nous faisant croire que Christine Angot est l'héritière de Marguerite Duras mais ce n'est pas du tout ça. C'est un roman à l'eau de rose totalement faiblard. Tous les gens qui ont encensé Christine Angot depuis des années devraient être couverts de goudron et de plumes.

Arnaud Viviant reconnaît que c'est "très bien décrit"

AV : Ce que je préfère dans le livre de Christine Angot, c'est le come-back de Doc Gynéco ! C'est un personnage et dans le livre il est parfaitement rendu.

On se moque d'elle en tant qu'écrivain, mais c'est très bien décrit. Qu'est-ce que c'est qu'un écrivain ? À part quelqu'un qui décrit les choses ?

C'est une maître ou maîtresse de l'auto-fiction. Ça fait 20 ans qu'elle en fait.

Il y a quelque chose que personne ne veut comprendre de la perversité du travail de Christine Angot, y compris par rapport à l'idée qu'on se fait tous de la littérature. Elle, elle va contre cette idée, de manière très forte et très perverse depuis 20 ans, et c'est impressionnant.

L'autobiographie est par définition impudique, mais l'autofiction c'est pervers.

"On est dans le rien" selon Michel Crépu

MC : J'ai toujours plutôt apprécié cette espèce de radicalité qu'elle a, de jouer d'un violon à une corde mal accordée, et qui fait sa voix, sa singularité. Et là ce qui est terrible dans ce livre... c'est qu'on sort de la littérature.

On est dans le rien. On est dans un mélange de vieille série de TF1 et de sous-Duras. Et c'est accablant !

Et connaissant le parcours d'Angot, le fait qu'elle a un point de vue sur la littérature... je suis stupéfait, sidéré, de cet effondrement. C'est un effondrement littéraire. C'est lamentable.

"C'est une rédaction de 4ème" pour Jean-Claude Raspiengeas

JCR : Moi je dois vous avouer que j'ai ri à toutes les pages, et je tiens à préciser que ce n'est absolument pas la volonté de l'auteur. C'est hilarant de bêtises. Vous êtes face à un roman d'une bêtise abyssale, qui se donne des grands airs.

C'est le degré zéro du style : pauvreté de vocabulaire, dialogue pitoyable, niaiseux, répétitif, inconsistant... La maigreur de tout ça... C'est une rédaction de 4ème. Page 85, en 14 lignes, il y a neuf fois le verbe "être". 

Ce livre est profondément grotesque mais ça pose une vraie question : qu'est-ce qui nous arrive à tous, pour considérer depuis 20 ans, que Madame Angot est un écrivain ? On est dans une imposture totale. Et ce livre en apporte enfin, véritablement, la preuve.

Écoutez

Écoutez tous les échanges des critiques du Masque et la Plume autour du livre :

10 min

"Un tournant de la vie" de Christine Angot - Le Masque et la Plume

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.