Des records de températures devraient être battus aujourd'hui. Ceux qui travaillent à l'extérieur doivent composer avec la chaleur accablante. C'est le cas des jardiniers, ouvriers du BTP, mais aussi des livreurs de repas à vélo qui enchaînent les commandes, bon gré mal gré, en plein cagnard.

Casimir, employé d'UberEats, s’octroie une "pose" fraîcheur juste avant de pédaler en plein soleil pour une livraison
Casimir, employé d'UberEats, s’octroie une "pose" fraîcheur juste avant de pédaler en plein soleil pour une livraison © Radio France / Léa Dubost

Le soleil va nous taper sur le système, aujourd’hui. Vingt départements allant du Nord à Paris sont en vigilance rouge depuis 16h mercredi, tandis que 60 autres sont toujours en vigilance orange. Du jamais vu. Avec des températures supérieures aux 40 degrés par endroits, pour bon nombre de travailleurs en extérieur, les livreurs de repas à vélo en tête, la journée sera très, très éprouvante.

Qu'ils travaillent pour Deliveroo, Uber Eats ou Stuart, leurs emplois du temps ne changent pas. À midi et le soir, ils pédalent dans toute la ville pour livrer des repas à domicile. Certains annulent leurs créneaux quand la température monte trop mais d'autres ne peuvent pas se le permettre.

Il faut travailler pour s'en sortir, on n'a pas le choix

Place de la Bastille, à Paris. Il est midi, plusieurs livreurs attendent assis près de leur vélo et de leur sac à dos. Quand le téléphone sonne, il faut partir livrer une commande le plus vite possible. Et par plus de 30 degrés, la tâche s'annonce pénible. "Il fait vraiment très, très chaud, soupire Abdoulaye. Là, en ce moment, je suis en train de transpirer. C'est vraiment compliqué mais on fait avec." Un peu plus loin, Ousmane, attend ses commandes, un brin fataliste. "Il faut travailler pour s'en sortir, on n'a pas le choix". 

Canicule ou pluie, ils s'en foutent les clients. Ils attendent leur bouffe et c'est tout !

Conscients du problème, mais loi du marché oblige, les employeurs s'en tiennent à de simples messages de prévention. "Rester à l'abri et boire beaucoup d'eau", énumère Ousmane. Et peu importe la météo. Oussine, lui, constate qu'il a toujours du travail. "Canicule ou pluie, les clients s'en foutent. Ils attendent leur bouffe et c'est tout !"

Justement, pendant la canicule, les clients n'ont pas tous les mêmes pratiques. Entre ceux qui disent "avoir la flemme de sortir parce qu'il fait trop chaud", ceux qui ont tendance à oublier "qu'il y a des personnes derrière" la livraison ou ceux qui ne commandent pas "du tout", se cache un véritable dilemme : se faire livrer, qu'importent les conditions, ou s'abstenir d'une pizza toute chaude au risque de priver les livreurs d'un petit pécule financier ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.