Love for livres s'est lancée cette année pour permettre à une communauté de lecteurs et de lectrices d'échanger des conseils de lectures en fonction de leurs humeurs. Tristesse, colère, joie et peur trouvent écho dans des romans de type différents.

Love for livres conseille des livres en fonction des humeurs et des conditions de lecture (dans les transports et selon la saison, par exemple)
Love for livres conseille des livres en fonction des humeurs et des conditions de lecture (dans les transports et selon la saison, par exemple) © Getty / .

Love for Livres est un réseau social des livres via les émotions. En page d'accueil, on vous propose des livres dits résilients, "Comment rater complètement sa vie en 11 leçons" de Dominique Noguez, "Les nouvelles histoires extraordinaires" d'Edgar Allan Poe, ou "Ce livre va vous sauver la vie" de A.M. Holmes. 

Ce classement pourrait considérablement agacer les tenants de la littérature pratiquée comme un art et une recherche esthétique pure. "C'est un vieux débat" explique Céline Mas, la cofondatrice de l'application, qui rappelle que "Gatsby le magnifique est à la fois un roman qui comporte d'immenses ressorts émotionnels et qui a été aussi une œuvre novatrice". 

À l'origine, Sadie Peterson Delaney

La bibliothérapie est à la mode aujourd'hui, mais c'est au début du XXe siècle qu'elle est née aux États-Unis, à partir de l'expérience de Sadie Peterson Delaney. La jeune bibliothécaire noire a eu à cœur de faire découvrir les livres à ceux qui en avaient selon elle le plus besoin, c'est-à-dire les malades, handicapés et tous ceux qui souffraient de discriminations sociales ou raciales. Pendant plus de trente ans, elle a développé ses méthodes de lecture dans un hôpital d'anciens combattants de la première guerre mondiale. Depuis ces constatations empiriques sur l'amélioration du moral des anciens soldats, les neurosciences se sont penchées sur les bienfaits de la lecture. 

"Lire un livre permet de muscler le cerveau, de se concentrer et cela libère ce que l'on appelle l'hormone du bonheur, c'est à dire la sérotonine, alors que lire ses messages sur les réseaux sociaux libère de la dopamine, et active les mécanismes d'addiction" explique Céline Mas. On considère donc que la lecture est anti-stress, stimulante pour l’esprit, excellente pour l’imagination et l’altruisme, et qu'elle apprend à rester attentif plus longtemps.

Une qualité d'échange entre lecteurs

L'objet même de la proposition de Love for Livres c'est d'en finir avec la timidité que les livres suscitent chez ceux qui ne se sentent pas à la hauteur. Personne n'a aucune raison objective d'ouvrir un livre. Ce qui compte, n'est-ce pas plutôt la main amie qui vous l'a tendu, ou la promesse d'un mystère enfin révélé, ou d'une proximité entre soi et les personnages qui l'habitent ? Donc les romans ne sont ici classés par jugement de valeur, "chefs d'œuvres", "poétiques", "livres cultes", etc. On déclare d'abord ses humeurs et on se laisse guider vers des romans correspondants. Ce sont d'abord les membres de l'équipe et les lecteurs qui ont qualifiés les émotions accolées à chaque roman. Ensuite c'est un algorithme qui rapproche vos humeurs avec celles des livres. 

Love for livres
Love for livres / Capture d'écran

Pour l'heure la communauté compte 5 000 lecteurs et lectrices qui ont accès à une bibliothèque d'un million de titres. Lorsque Love for livres propose une sélection, chaque titre est assorti d'un diagramme où les différentes humeurs qu'il peut receler sont quantifiées. Love for livres n'est pas un site de vente, les livres n'y sont pas à vendre, car pour l'instant "l'objectif c'est la qualité des recommandations qui importe et les échanges possibles que les lecteurs qui se connaissent déjà peuvent avoir entre eux" affirme Céline Mas.