La 24e édition du baromètre Global CEO Survey du cabinet de conseil PwC signale l'optimisme des patrons pour l'avenir. Ce baromètre prend le pouls de 5 000 dirigeants d'entreprises à travers le monde. Après un an de pandémie, ils voient le bout du tunnel.

Sur 5000 patrons interrogés , 76% font preuve d'optimisme.
Sur 5000 patrons interrogés , 76% font preuve d'optimisme. © Getty / .

Comme chaque année depuis plus de 20 ans, le cabinet PwC publie le baromètre Global CEO Survey. Habituellement, il le fait au moment du Forum mondial de Davos. Pour cette 24e édition, le baromètre résume l'enquête menée auprès de 5 000 dirigeants à travers le monde, dont 69 en France. Élément clé : le retour de l’optimisme chez les dirigeants d’entreprise

Les  patrons font plus qu'entrevoir la sortie du tunnel, sur les 5 000 interrogés ils sont 76% à faire preuve d'optimisme, trois fois plus que l'an passé.

Ce niveau de confiance varie selon les secteurs d'activité. Mais pour le président de PwC France, Bernard Gainnier, c'est la première fois depuis 24 ans qu'ils sont à ce niveau d'optimisme. "On voit la lumière au bout, on sent bien qu'elle est là, on ne sait pas exactement combien va durer encore ce tunnel. Dans l'aérien, ça va prendre encore au moins trois ou quatre ans, avec certainement des habitudes de consommation qui vont changer."

Les cyberattaques, un facteur d'inquiétude qui monte

Ce qui inquiète les patrons, ce sont les risques de pandémie, la "sur-règlementation", la montée des populismes est la première inquiétude chez les patrons français, mais aussi les cyberattaques. Une entreprise sur deux prévoit d'investir dans le numérique, mais très peu ont prévu d'investir pour se prémunir des risques de cybercriminalité.

"On a vu des attaques massives contre des grandes entreprises, des hôpitaux, ou des administrations, la réponse reste encore faible, alors que l'enjeu est essentiel. Seulement 31% des chefs d'entreprises prévoient d'augmenter leurs investissements dans ce domaine. Il y a un décalage entre l'appréciation du risque et la réponse", selon Bernard Gainnier.

De la même façon, les préoccupations pour la planète sont peu présentes à l'esprit des patrons. Seuls 4 patrons sur 10 intègrent le risque climatique dans leurs stratégies d'investissement.