Grâce à l'opposition au pass sanitaire, l'ancien bras droit de Marine Le Pen surfe sur un nouvel élan de popularité qui inquiète ses anciens amis du Rassemblement National.

Florian Philippot lors de la manifestation anti-pass sanitaire au Trocadéro, samedi 24 juillet
Florian Philippot lors de la manifestation anti-pass sanitaire au Trocadéro, samedi 24 juillet © AFP / Alain Jocard

Après avoir défendu en vain le "Frexit", Florian Philippot se refait une santé. Une semaine après le rassemblement organisé samedi 24 juillet place du Trocadéro à Paris contre l'extension du pass sanitaire, son parti "Les Patriotes" organise ce samedi une nouvelle manifestation dans la capitale, de Montparnasse au ministère de la Santé. L'ancien bras droit de Marine Le Pen dit enregistrer chaque jour des centaines de demandes d'adhésions et de dons. Ce qui commence à inquiéter son ancienne famille politique.

Vitrine Youtube

Battu aux élections européennes, municipales et régionales, Florian Philippot ne dispose plus d'aucun mandat mais bénéficie désormais d'une vitrine nationale : avec 228 000 abonnés à sa chaîne YouTube, l'ex-FN fait mieux que Marine Le Pen (48 000 abonnés) ou encore Emmanuel Macron (225 000). Sa radicalité séduit. L'ancien chantre de la dédiabolisation n'hésite pas à qualifier le pass sanitaire "d'entrée directe vers l'enfer, de pas supplémentaire vers la tyrannie".

À côté, le Rassemblement national paraît bien timide, presque "mou" comme dirait Gérald Darmanin. Car Marine Le Pen se préoccupe de sa crédibilité présidentielle. Son équipe vient, tout de même, de contre-attaquer avec une vidéo intitulée "Opposants au pass sanitaire : rejoignez-nous". Dans cette compilation des interventions du RN à l'Assemblée nationale, le porte-parole du parti, Sébastien Chenu, y dénonce "la prise en main technocratique de notre économie et la prise en main autoritaire de notre vie quotidienne".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Une bataille de communication entre anciens amis. À court terme, le RN redoute qu'une bonne partie de l'argent de ses sympathisants soit capté par Florian Philippot : des dizaines de milliers d’euros dont le Rassemblement national aurait bien besoin. "Il sait toujours y faire en terme de communication, admet un cadre du RN, et à mon avis, il fait des réserves pour la présidentielle".

À moyen terme, c'est bien la candidature présidentielle de l'ancien vice-président du Front national qui en inquiète plus d'un. Si la crise sanitaire se poursuit, il pourrait, par son discours, prendre à Marine Le Pen deux ou trois points, des points très précieux si Éric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan devaient également être candidats. "Elle ne sera pas au second tour" prédit Florian Philippot.

Evidemment, le premier cercle autour de Marine Le Pen se veut bien plus rassurant, persuadé que "Florian Philippot gonfle tous ces chiffres, et n'ira pas au bout". "Il n’y a bien que lui pour croire que ceux qui ont manifesté dans la rue étaient ses soutiens" tance Marine Le Pen auprès de nos confrères du Parisien. Elle, est sûre d'obtenir les 500 parrainages d'élus, et essaiera d'aller au-delà pour lui compliquer la tâche.