Port du masque en permanence et réservations en ligne obligatoires, Disneyland Paris va ouvrir à nouveau les portes de son royaume mercredi 15 juillet mais sous très haute surveillance.

Mickey ne devrait recevoir que 12 000 visiteurs par jour contre 40 000 habituellement.
Mickey ne devrait recevoir que 12 000 visiteurs par jour contre 40 000 habituellement. © Radio France / Philippe Lefebvre

"J’ai l’impression de revivre ce que j’ai vécu en avril 1992 au moment de l’ouverture du parc". Ces mots sont de Marco Bernini, le chef des opérations de Disneyland Paris, après 28 années passées dans le parc et des souvenirs à la pelle pour cet ancien joueur de football italien. Mais là, reconnait-il, c’est du jamais vu. Et c’est vrai que le royaume de Mickey n’a pratiquement jamais fermé ses portes à l’exception d’une journée en 1999 à cause de la tempête et surtout de très longues journées après les attentats des terrasses en 2015.

Main street, la rue principale de Disneyland Paris, attend de retrouver ses visiteurs.
Main street, la rue principale de Disneyland Paris, attend de retrouver ses visiteurs. © Radio France / Philippe Lefebvre

Et quand on évoque la réouverture du premier site touristique privé français avec ceux qui y travaillent, "les cast members", on entend parler de renaissance. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, le parc n’a jamais véritablement cessé de vivre. En effet, durant le confinement, des dizaines de salariés ont continué à déambuler dans les allées, de Main Street à Frontierland,  pour maintenir le parc en état et rendre possible sa réouverture à n’importe quel moment. Ces dizaines, puis centaines, d’anonymes ont reçu un surnom comme on les aime chez Disney, celui de "gardiens du rêve". Ce sont eux qui travailleront encore jour et nuit jusqu’à la date de la réouverture le 15 juillet qui, hasard du calendrier, se trouve être le jour de la Saint-Donald.

Siglages au sol, palissades en plexiglass et distribution de gel

Mais tous le reconnaissent, tout ne sera plus véritablement comme avant. En effet, à Disneyland Paris, on a coutume de dire que tout change et rien ne change à la fois. Mais cette fois, les changements seront bien plus visibles. Ainsi, explique Daniel Delcourt le N°2 du parc, "en moins de 15 jours ce ne sont pas moins de 20 kilomètres de siglage au sol qui ont été posés pour inciter les visiteurs à respecter les distances de sécurité". Devant les attractions ont été installées pas moins de trois kilomètres de barrières spéciales, de grandes palissades en plexiglas, pour éviter que les visiteurs ne soient en contact les uns avec les autres en attendant d’embarquer dans le train de la mine ou la tour de la terreur. Enfin, 2 000 distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique ont été mis en place, ce qui devrait représenter une consommation de gel de 21 000 litres par mois.

Des cloisons en plexiglass installées pour éviter les contacts.
Des cloisons en plexiglass installées pour éviter les contacts. © Radio France / Philippe Lefebvre

Pour le moment, deux événements quotidiens très attendus par le public ne seront plus proposés, là encore pour des questions de limitation du nombre de spectateurs dans un seul lieu : la parade de l’après-midi et le spectacle pyrotechnique devant le château de la Belle au Bois Dormant.

L'un des 2 000 distributeurs de gel du parc.
L'un des 2 000 distributeurs de gel du parc. © Radio France / Philippe Lefebvre

Des selfies à la place des câlins avec Mickey

"Dès le lendemain de la fermeture nous avons cherché les moyens de faire en sorte que les visiteurs puissent tout de même rencontrer les personnages et c’est ainsi que nous avons eu l’idée de créer des 'selfies spots'", explique Emmanuel Lenormand, chorégraphe. En clair, il s’agira de lieux ou Mickey, Donald et les autres viendront présenter un mini-spectacle permettant aux visiteurs de réaliser des selfies avec les personnages en fond de décor. Certes, le câlin avec Minnie ne sera plus possible mais au moins vous aurez la possibilité de rentrer avec quelques souvenirs visuels… gratuits.

Les syndicats redoutent quatre fois moins de visiteurs

Voilà pour le programme de la machine à rêve, mais fidèle à sa réputation, la direction de Disneyland Paris reste très discrète lorsqu’il s’agit de parler chiffres. Ainsi, impossible tout du moins officiellement de connaitre le nombre de visiteurs qui pourront entrer chaque jour dans le parc. Du côté des organisations syndicales, on évoque 12 000 visiteurs par jour contre 40 000 en temps normal à cette période de l’année. Autant dire qu’avec un tel chiffre, la rentabilité ne sera pas au rendez-vous. C’est sans doute pour cela que la maison mère, la Walt Disney Company, s’est engagée à signer plusieurs gros chèques pour le parc français pour un montant total de 350 millions d’euros.

Cet argent sera-t-il suffisant ? Chez Mickey, il est de bon ton de ne pas poser cette question à laquelle personne ne souhaite d’ailleurs répondre. Ici, à l’image d’Emmanuel Lenormand, on rappelle simplement que Mickey est "très excité" à l’idée de nous retrouver, Mickey qui échappera au port du masque obligatoire à l’intérieur comme à l’extérieur.

Enfin, pour la petite histoire, sachez aussi que Disneyland s’apprête à proposer une gamme de masques aux couleurs de tous les personnages. Mais, nous explique-t-on sur le site Disney store, tous les bénéfices des ventes (autour de 560 000 euros) seront versés à la Croix Rouge. Solidaire la petite souris !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.