Quel est le plus riche, le plus endetté, le plus dépensier ? La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques vient de publier son rapport complet de l’exercice 2018. France Inter a épluché les comptes des 443 partis recensés et cela réserve de nombreuses surprises.

La CNCCFP épluche et détaille les comptes des 443 formations politiques enregistrées comme tel.
La CNCCFP épluche et détaille les comptes des 443 formations politiques enregistrées comme tel. © Maxppp / Christophe Petit Tesson

C'est un document Excel touffu qui accompagne le rapport de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politique. Dans ce document, paru au Journal officiel mi-février, la CNCCFP épluche et détaille les comptes des 443 formations politiques enregistrées comme tel et nous renseigne notamment sur le niveau des adhésions, les dépenses et la dette des principaux partis.  

Le PCF, leader des cotisations

Commençons par les adhésions : c'est bien connu, toutes les organisations politiques (ou presque) gonflent leurs chiffres. La République en marche comme la France insoumise évoquent plusieurs centaines de milliers d'adhérents, car ils ne demandent aucune cotisation, un clic suffit sur les sites internet des formations. Elles affichent ainsi un compteur à zéro, à la fois côté adhésions de militants comme côté élus. Néanmoins, les deux partis touchent des dons de personnes physiques et cela représente tout de même, pour LREM, 1 005 607 euros. 

D'autres partis communiquent des chiffres impossible à vérifier. Avec ceux de la CNCCFP personne ne peut tricher et chacun doit remplir la colonne "cotisations des adhérents". À ce petit jeu, c'est le PCF qui l'emporte haut la main. Les communistes reçoivent encore six millions d'euros grâce à leurs fidèles, et autant grâce à leurs élus. 

Dans les urnes, depuis 2017, Les Républicains ont largement doublé le Parti socialiste. Mais le PS garde davantage de militants, ou en tout cas des militants plus généreux. Autre surprise : Lutte ouvrière reçoit grâce à ses troupes autant d'argent que le Rassemblement National. Le RN a bien perdu près de la moitié de ses militants entre 2017 (1 857 394 euros) et 2018 (1 103 430 euros). 

Et il n'y a pas que le coude-à-coude LO-RN et la pole position du PCF qui nous surprennent dans ce tableau, il y a aussi l'incroyable performance de l'UPR, l'Union populaire républicaine. Le parti de François Asselineau revendique, aujourd'hui, près de 39 000 adhérents, et perçoit, en effet, davantage de cotisations qu'Europe Ecologie Les Verts, l'UDI, le Modem ou le NPA.

La stupéfiante masse salariale du Parti socialiste

Les socialistes ont dépensé plus de 10 millions d'euros de salaires et de traitements en 2018. C'est deux fois plus que son opposant historique, LR, et que le parti présidentiel, LREM. Un budget considérable pour un parti qui a tout perdu depuis 2017, et qui peine à se faire entendre. Une somme qui englobe de lourdes indemnités de licenciement. Après la débâcle de la présidentielle, le PS s'est séparé, dans la douleur, de la moitié de ses permanents. 

On découvre aussi dans ce tableau l’impressionnante masse salariale du PCF, le tout petit budget d'Europe écologie-Les Verts, et que dire de la France insoumise ? Jean-Luc Mélenchon dépense moins d'argent dans les salaires que l'UDI de Jean-Christophe Lagarde, et termine l'année 2018 avec un fort excédent ( 2 129 850 euros).

Les Républicains plus endetté que le Rassemblement national

Sur le plan de l'endettement, Les Républicains arrivent en tête, avec 55 609 241 euros. Il faut toutefois prendre en compte la vente, qui comptera sur l'exercice 2019, de leur siège du XVe arrondissement de Paris. Le bâtiment est parti en février 2019 pour 46 millions d'euros, ce qui permet au parti de droite de renflouer les caisses. 

C'est pour la même raison que le Parti socialiste n'a "que" 11 351 348 euros de dettes : face à la baisse drastique de sa dotation après la déroute de 2017, les socialistes n'ont eu d'autres choix que de licencier et de vendre leur siège mythique et historique, rue de Solférino à Paris. L’immense hôtel particulier de 3400 m² a été vendu 45,5 millions d’euros fin 2017 et a donc permis d'éponger une partie de la dette socialiste. 

Pour le Rassemblement national, la dette est aussi impressionnante. 24 399 043 euros à rembourser, comportant les emprunts contractés auprès de Cotelec, le micro-parti de Jean-Marie Le Pen ou bien de créanciers russes dont certains réclament remboursement, comme l'indiquait France Inter début février

Le parti présidentiel, LREM, affiche lui une dette d'environ 3 millions d'euros mais termine l'année 2018 avec un excédent de 7,6 millions. LREM est bien le parti le plus riche, mais ils ne reçoit aucune cotisation d'élus ou d'adhérents. Ils ne vivent que sur la dotation publique annuelle (22 millions) qui découle de leur succès aux législatives de 2017 et qui ne les aide pas à faire de ce mouvement une force militante. 

"Manif pour tous", les "Amis de" : les surprises du rapport  

Certains politiques ont aussi bien des amis et la CNCCFP recense plus d'une trentaine d'associations de soutien à des figures politiques ou micro-partis, courants de plus grandes formations politiques. Nous avons été amusés de voir une association de soutien au maire de la petite ville de Voiron en Isère, Julien Polat, terminer l'année 2018 avec un excédent de plus de 28 000 euros. 

Nous avons aussi repéré les (nombreuses) associations d'amis de personnalités de droite : Nicolas Sarkozy, Eric Ciotti, Jean-François Lamour, Hervé Mariton, Guillaume Peltier ou Valérie Pécresse. Le maire de Nice bénéficie même du soutien de deux organisations : "Les amis du maire de Nice" et "Le Rassemblement, amis de Christian Estrosi", qui totalisent à elles deux 73 000 euros de dettes. 

Un dernier détail a retenu notre attention : la Manif' pour tous, présente comme formation politique, affiche un compteur de dons (175 846 euros) plus élevé que celui de LREM. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.