Les nouveaux cas de Covid ont été découverts sur l’île le 6 septembre. Depuis, la situation empire. Des soignants arrivent en renfort.

La population se rue dans les centres de vaccination pour se faire injecter une dose du vaccin Pfizer comme à Nouméa, ici au centre culturel Ko We Kara transforme en vaccinodrome.
La population se rue dans les centres de vaccination pour se faire injecter une dose du vaccin Pfizer comme à Nouméa, ici au centre culturel Ko We Kara transforme en vaccinodrome. © AFP / Clotilde Richalet

C’est une première depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Jusque-là épargnée, la Nouvelle-Calédonie recense 16 nouveaux décès du Covid-19 ce mercredi 22 septembre. C’est le bilan le plus lourd pour cette collectivité de près de 300 000 habitants depuis le début de la pandémie. De nouvelles contaminations avaient été détectées début septembre, six mois après les derniers cas confirmés. "Nous avons à déplorer, depuis le 9 septembre, 49 morts dans notre pays" précise Gilbert Tyuienon, porte-parole de l’exécutif. "C’est une crise jamais vue dans toute son histoire", explique-t-il.

Des médecins et infirmiers en renfort

La plus jeune victime avait 41 ans. Selon le médecin référent, des enfants ont été hospitalisés, dont "un petit de quatre mis". Preuve que la transmission s’accélère, 4727 cas positifs sont recensés, dont 331 nouveaux cas en 24 heures. Il y a actuellement 52 malades en réanimation et 323 hospitalisés en unité Covid. Le point sanitaire révèle que plus de trois quarts des cas positifs identifiés ne sont pas vaccinés. Une partie de sa population s’avère plus vulnérable face au Covid, nombreux ont des facteurs de comorbidités. 67% des adultes sont obèses. Le nombre de diabétique est estimé à 10%.

Après l’annonce de la situation en Nouvelle-Calédonie, un membre de gouvernement a pris la parole, et lancé un vibrant appel à la vaccination. "Le dix-septième gouvernement demande à chacun d’entre vous, mon pays, notre pays, de faire notre part du travail : allons nous vacciner ! Allons prêter main forte au médecin qui s'essouffle, à l'infirmière qui ne dort plus, à l'aide-soignante qui est fatiguée, qui soigne la personne le matin et cinq heures plus tard lui dit au revoir. Ce n'est pas normal !" Vaimu’a Muliava affirme que "plus des trois-quarts des cas identifiés" n’étaient pas vaccinés : "Ce sont nos gens à nous, qui n’ont pas cru en la vaccination, qui obturent les hôpitaux"

Même les familles qui déplorent un mort d’une maladie normale ne peuvent pas aller [lui] dire au revoir (…) à cause des contraintes que nous impose le Covid. Combien meurent à domicile parce qu'ils ne sont pas soignés ? Parce que nos hôpitaux sont encombrés ?

Pour soulager les hôpitaux, 70 soignants, des médecins, des infirmiers, des anesthésistes et des techniciens de laboratoire sont arrivés sur l’île. Une nouvelle équipe, avec de 144 personnels, arrivera d’ici la fin de la semaine.

Un objectif de 80% de primo-vaccinés

En Nouvelle-Calédonie, 30% de la population est vaccinée. L’objectif du gouvernement calédonien est d’atteindre la barre des 80% de primo-vaccinés, elle sera franchie selon les prévisions entre le 4 et 14 octobre. L’État français promet 100 000 nouvelles doses de vaccins. Elles seront livrées dans quelques semaines, le mois prochain.

Un confinement est en vigueur en Nouvelle-Calédonie depuis le 7 septembre jusqu’au 4 octobre, comme le couvre-feu. Tous les vols à destination de la Nouvelle-Calédonie sont suspendus depuis le 20 mars 2020, sauf pour motif impérieux. La Nouvelle-Calédonie a également instauré une obligation vaccinale pour certaines professions, mais qui n’entraîne pas de sanction pour l’instant.