Le gouvernement a décidé de libérer un deuxième groupe de prisonniers dans la nuit de mardi à mercredi. Ils seront 26, détenus de longue date. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a tenu sa promesse engagée le 30 juillet.

Comment vont se dérouler les libérations ? Les précisions de Sébastien Laugénie

La mère d'Hazem Shobair, libéré lundi soir
La mère d'Hazem Shobair, libéré lundi soir © REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa / REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

La décision date de dimanche soir. La liste des prisonniers concernés a été publiée lundi matin sur le site internet de l'administration pénitentiaire israélienne. Les familles d'Israéliens victimes d'attentats commis par ces Palestiniens ont été informées auparavant.

Pour justifier sa décision, Benjamin Netanyahu a expliqué qu'il fallait "tenir compte du poids de la réalité". Il a fait allusion à la promesse faite à Washington de relâcher des prisonniers afin de permettre la reprise du dialogue avec les Palestiniens.

Parmi les détenus libérés, vingt-et-un sont originaires de Cisjordanie et 5 de la bande de Gaza. Dix neuf d'entre eux appartiennent au parti nationaliste Fatah du président Mahmoud Abbas, quatre au FPLP, le Front populaire de libération de la Palestine, et trois au Hamas.

En Cisjordanie, les familles se préparent à accueillir leurs proches.

Dans ce camp de réfugiés à Bethléem, la foule attend Issa Abd Rabo, l'un des plus anciens prisonniers palestiniens qui doit être doit être relâché. Sa mère qui ne l'a pas revu depuis 1984, parle du "plus beau jour de sa vie".

Emilie Baujard

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.