Un enfant abandonné dans un orphélinat de la République démocratique du Congo
Un enfant abandonné dans un orphélinat de la République démocratique du Congo © REUTERS/Thomas Mukoya

Les familles demandent au gouvernement français de les soutenir. Leurs enfants dépérissent dans des orphelinats où les conditions de vie sont plus que précaires. Il y a quelques jours, l’un des enfants adopté par un couple français est décédé.

Ils sont un millier d’enfants congolais adoptés légalement par des couples occidentaux, dont 300 français, bloqués depuis bientôt deux ans dans leur pays.

Alors que les tribunaux congolais ont validé ces adoptions, que les enfants portent déjà le nom de leurs parents adoptifs, les autorités congolaises refusent depuis septembre 2013 de délivrer les autorisations de sortie des enfants, la dernière étape.

Depuis deux ans, les parents attendent

Pendant que les enfants grandissent dans des orphelinats où leurs conditions de vie sont plus que précaires, les parents oscillent entre espoir, déception et peur. Il y a quelques jours, l’un des enfants adopté par un couple français est même mort.

Fatigués par cette attente interminable, étreints par le sentiment désagréable d’être baladés par les autorités congolaises et françaises, certains ont décidé de parler, en dépit des recommandations de la diplomatie française qui estime depuis deux ans que la discrétion est la bonne méthode.

Aurélien Colly a rencontre Xavier. Avec sa femme ont adopté en juillet 2012 Amélie et Antoine, deux et trois ans. Depuis, les enfants qui portent le nom de leurs nouveaux parents français, sont toujours bloqués dans un orphelinat.

Nous enfants sont dans des orphelinats sur-bondés et sont en train de mourir les uns après les autres

►►► Le site "Collectif des parents - adoption RDC"

►►► La page Facebook

►►►

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.