S'il l'avait plusieurs fois évoqué sans jamais officialiser, cette fois il semble décidé : le rappeur Kanye West a annoncé sur Twitter ce samedi 4 juillet qu'il était candidat aux prochaines élections présidentielles américaines.

Kanye West lors du festival Coachella en Californie, en avril 2019.
Kanye West lors du festival Coachella en Californie, en avril 2019. © Maxppp / ETIENNE LAURENT/EPA/Newscom

Et bien voilà. Après avoir répété à plusieurs reprises son intérêt pour la fonction de président des Etats-Unis, plus ou moins sur le ton de la plaisanterie, Kanye West s'est déclaré sur Twitter candidat aux prochaines élections présidentielles américaines qui auront lieu en novembre prochain. "Nous devons maintenant accomplir la promesse de l'Amérique en ayant confiance en Dieu, en unifiant nos visions et en construisant notre avenir. Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis ! #2020VISION", a tweeté le rappeur, au soir de la fête nationale américaine, ce samedi 4 juillet.

Si c'est la première fois que Kanye West est si solennel, il a régulièrement parlé de politique ces dernières années, dans ces chansons ou en dehors, prenant le risque parfois de la polémique. Voici 5 choses à savoir sur celui qui est considéré comme un des meilleurs rappeurs de l'histoire, et désormais candidat à la Maison-Blanche. 

Il a soutenu Donald Trump

Toujours très prompt à commenter la politique sur Twitter, Kanye West avait entamé une véritable "bromance" avec Donald Trump en 2018. Fin avril, il l'avait qualifié comme son "frère" sur le réseau social, posant avec une casquette "Make America Great Again", le slogan de campagne du président républicain. Ce soutien arrive à son apogée quelques mois plus tard, lorsque Donald Trump reçoit le rappeur dans le bureau ovale, devant une nuée de caméras. Un moyen à l'époque pour le président américain de faire remonter sa côte de popularité au près de la communauté noire, à quelques jours des élections de mi-mandat. Très critiqué au sein justement de la communauté noire, Kanye West répète régulièrement qu'il veut sortir d'un "système normatif" qui selon lui range toujours les Noirs américains du côté démocrate.

Mais quelques mois plus tard, le rappeur s'était éloigné de Donald Trump et de la politique en général, estimant avoir eu le sentiment d'être utilisé par moments. Pourtant en avril dernier, Kanye West a semblé de nouveau apporté son soutien au président en exercice : "Je voterai à coup sûr cette fois-ci. Et nous savons tous très bien pour qui je vais voter", déclarait-il dans un entretien au magazine GQ. Mais peut-être parlait-il déjà de lui-même ?

Il a tenu des propos ambigus sur l'esclavage

Le 1er mai 2018, Kanye West se fend d'une sortie très étrange sur l'esclavage. Interrogé sur le site spécialisé dans les célébrités TMZ, il déclare : "On entend parler de l'esclavage qui a duré 400 ans. Pendant 400 ans ? Ca ressemble à un choix." Et d'ajouter : "Nous sommes dans une prison mentale. J’aime le mot « prison » parce qu’« esclaves » est trop lié aux Noirs."

Laissant entendre que l'escalavage fut "un choix", Kanye West a naturellement subi une pluie de critiques après cette sortie. Même s'il ne l'a jamais dit en tant que tel, les réseaux sociaux et certains médias à travers le monde lui ont prêté la phrase "Slavery was a choice" ("l'esclavage était un choix"). Quelques mois plus tard, il s'est excusé en larmes à la radio : "Je suis vraiment désolé pour ceux qui se sont sentis déçus à ce moment-là."

Il se dit "ni de gauche ni de droite"

La politique intéresse Kanye West depuis longtemps. Mais la montée en puissance vers la présidentielle semble trouver son origine dans cette année 2018 où certes il affiche son soutien à Donald Trump, mais parle de plus en plus de ses ambitions personnelles, et de politique en général, y compris dans ses chansons. Dans son titre Ye vs the people, dans lequel il affiche son soutien à Donald Trump, il dit : "Je sais qu'Obama était un envoyé de Dieu, mais depuis que Trump a gagné, il a prouvé que je pouvais être président."

S'il n'a jamais été tendre avec Barack Obama et les démocrates, Kanye West affirme en septembre 2018 sur la radio américaine WPWX être "ni de gauche, ni de droite". "J'ai de l'amour pour Bernie [Sanders], pour Trump... Pour tous les bords", poursuivait-il alors, se vantant comme un rassembleur à la fois capable de louer la politique économique de Donald Trump, et de défendre une loi plus restrictive sur l'usage des armes défendue par le camp démocrate. 

Il a eu une révélation mystique 

Depuis près d'un an et la sortie de son dernier album au titre évocateur, Jesus Is King, il est presque impossible de trouver une déclaration de Kanye West où il n'est pas question de Dieu, preuve en est avec son tweet de candidature, où il en appelle à "avoir confiance en Dieu". Fin 2019, il annonce s'être converti au christianisme, et avoir pour mission à travers sa musique de "propager le gospel". Régulièrement accompagné d'un pasteur évangéliste, le rappeur mène depuis des "Sunday Service", des offices religieux. Il en a notamment tenu un à Paris, au théâtre des Bouffes du nord début mars.

Il revendique même un côté puritain. Dans une longue interview accordée à Zane Lowe pour un podcast de la plateforme Apple Music, Kanye West a reconnu avoir eu par le passé une addiction au sexe et à la pornographie, dont il s'est débarrassé dit-il grâce à sa conversion. Il explique également avoir demandé à ceux qui ont travaillé avec lui sur Jesus Is King de ne pas avoir de s'abstenir de relations sexuelles hors mariage. Dans cette même interview, le rappeur évoque aussi la politique, dans un style assez définitif : "Il viendra un temps où je serai le président des États-Unis."

Il a déjà un supporter de choix

Ça vaut ce que ça vaut, lorsqu'un mégalomane soutient un autre mégalomane, mais moins de 10 minutes après sa déclaration de candidature, Kanye West recevait le soutien d'un autre milliardaire controversé : Elon Musk. "Tu as mon total soutien !", a ainsi tweeté le patron de Tesla et de SpaceX. Kanye West aurait-il trouvé son futur vice-président ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.