peine capitale requise contre 683 frères musulmans en égypte
peine capitale requise contre 683 frères musulmans en égypte © reuters

Le verdict était attendu par une majorité d'Égyptiens qui demandent une extrême sévérité à l'encontre des partisans du président destitué Mohamed Morsi. Le tribunal de Minya, dans le centre du pays, a condamné à mort 683 personnes pour leur appartenance présumée aux groupes des Frères musulmans. Le guide suprême du parti islamiste, Mohamed Badie, a écopé de la peine capitale. La décision finale est fixée au 21 juin.

Le tribunal accuse ces manifestants d'avoir participé à l'assaut d'un commissariat dans la province de Minya le 14 août 2013, une attaque qui s'était soldée par la mort d'un policier. Plusieurs familles rapportent que la plupart de ces hommes condamnés à mort n'étaient pas sur les lieux ce jour-là.

Dans le même temps, les juges du tribunal ont commué en prison à vie la condamnation à mort de 492 personnes accusées en mars dernier. 37 autres accusés ont vu leur peine capitale confirmée. Ce premier jugement avait été prononcé à l'issue d'un procès expéditif après une seule journée d'audience le 24 mars.

Ces 683 condamnations à mort ne devraient pas être confirmées en appel. D'après de nombreux experts, ces peines pourraient être cassées ou commuées, car la procédure judiciaire et les droits de la défense n'ont pas été respectés. Sur les 1 200 accusés, 200 sont en prison, les autres sont en fuite ou ont été libérés sous caution.

En fin de journée, les Etats-Unis ont réagi à ces condamnations et demandent aux autorités du Caire d'annuler l'ensemble des peines prononcées."Le verdict d'aujourd'hui, comme celui du mois dernier, constitue un défi aux règles les plus élémentaires de la justice internationale" rappelle dans un communiqué Barack Obama qui dénonce un "précédent dangereux" .

La justice « royaume de l’arbitraire » qui prend sa revanche sur la confrérie, explique l'envoyée spéciale permanente de France Inter, Vanessa Descouraux.

Les Frères musulmans décimés

Mohamed Morsi, seul président élu démocratiquement en Egypte, a été destitué et arrêté le 3 juillet 2013. Les Frères musulmans ont remporté toutes les élections depuis l'éviction d'Hosni Moubarak en 2011.

1 400 partisans des Frères musulmans sont morts au cours des dix derniers mois dont 700 lors de la journée sanglante du 14 août 2013 au Caire. Selon les différentes organisations des droits de l'Homme, plus de 15 000 soutiens présumés de la confrérie ont été arrêtés.

Un tribunal du Caire a également interdit aujourd'hui le Mouvement du 6 Avril, le principal groupe de la jeunesse. Laïc de gauche, le mouvement avait porté la révolte populaire contre Hosni Moubarak. Il manifeste désormais contre le régime du général Abdel Fattah al-Sissi, son leader a été condamné à trois ans de prison en décembre 2013. Le chef des armées est le grand favori de l'élection présidentielle prévue fin mai.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.