Des yazidis obligés de fuire et réfugiés à Sinjar
Des yazidis obligés de fuire et réfugiés à Sinjar © REUTERS/Youssef Boudlal

Les combattants de l’état islamique ont tué les habitants du village irakien de Kocho, en majorité des membres de la minorité yazidie. Ils ont ensuite emmenés les femmes et les enfants.

Un haut responsable irakien parlait ce samedi matin de massacre. Les victimes appartiennent à la communauté Yazidie, minorité kurde persécutée par l'Etat islamique car elle n'est pas musulmane. Les djihadistes les accusent d'être des adorateurs du diable et leur laissent le choix entre la conversion et la mort.

Saadi Ahmed Pira, le responsable de l'UPK, l'Union patriotique du Kurdistan a pu rencontrer les quelques survivants, qui lui ont raconté le massacre qui a fait suite à l'habituel ultimatum

Saadi Ahmed Pira avec Julie Marie-Leconte

Les femmes et les enfants, environs 250 personnes, ont été emmenées vers la région de Sinjar

Le groupe n'avait jamais enlevé autant de femmes et d'enfants. Amnesty international estime à plusieurs milliers le nombre de Yazidis enlevés depuis le 3 août.

Beaucoup de Yazidis livrent des témoignages similaires affirmant que de nombreux hommes ont été exécutés et que les femmes et les enfants sont détenus dans des prisons contrôlées par l'Etat Islamique dans la province de Ninive.

Le reportage de Julie Marie-Leconte

Les djihadistes de l'Etat islamique mènent depuis le 9 juin une offensive fulgurante en Irak s'emparant de pans entiers du territoire face à une résistance quasi inexistante. Depuis le 8 août, les Etats-Unis mènent des frappes aériennes sur les positions de l'EI.

Enfin une reconquête pour les Kurdes

Des bombardements qui portent leurs fruits puisque samedi les forces kurdes, soutenues par l'aviation américaine, ont lancé samedi une offensive pour reprendre aux djihadistes de l'Etat islamique le barrage de Mossoul, le plus important d'Irak, dont l'EI a pris le contrôle le 7 août.

Le barrage sur le fleuve Tigre, situé sur la rive sud du lac de Mossoul, à quelque 50 km au nord de la ville, fournit de l'eau et de l'électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l'irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive. L'EI utilise les barrages qu'il contrôle comme des armes pouvant lui permettre d'inonder de vastes zones.

Des largages d'aide humanitaire ont également été effectués pour venir en aide aux nombreux déplacés yazidis de la ville de Sinjar bloqués sur les montagnes environnantes dans des conditions épouvantables. Vendredi soir, le conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution demandant le désarmement et la dissolution de l'Etat Islamique en Irak. Aucune action militaire n'est prévue pour le moment, mais l'ONU garde une porte ouverte et se réserve le droit de recourir à des sanctions, voire à la force.

Parallèlement, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont cautionné vendredi, comme le demandait la France, les livraisons d'armes aux combattants kurdes qui luttent contre les djihadistes. Plusieurs Etats, dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la République tchèque et les Pays-Bas, ont fait savoir qu'ils enverraient des armes aux Kurdes ou qu'ils envisageaient de le faire. Londres de son coté, va poursuivre ses vols de surveillance du nord de l'Irak pour tenter d'empêcher de nouvelles attaques contre les minorités.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.