israël poursuit le pilonnage de gaza
israël poursuit le pilonnage de gaza © reuters

Alors que le sécrétaire d'Etat américain John Kerry et le secrétaire général de l'ONU Ban-ki-Moon tentent d'arracher un cessez-le-feu, sur le terrain, les bombardements et tirs de roquettes se poursuivent.

"Je ne vois pas de lumière au bout du tunnel", a déclaré la ministre israëlienne de la Justice Tzipi Livni à la radio militaire israëlienne. En d'autres termes, pas de cessez-le-feu à l'ordre du jour. Tzipi Livni fait pourtant partie des ministres les plus modérés de Benjamin Netanyahu, le chef du gouvernement israëlien.

Le ministre de l'Economie Naftali Bennett se montre plus direct :

Nous payons un prix élevé et nous n'allons pas faire le travail à moitié

Israël annonce avoir perdu 27 soldats à ce jour, soit trois fois plus que lors de la dernière opération terrestre à Gaza, "Plomb durci", pendant l'hiver 2008-2009. Il s'agit du plus lourd bilan pour l'Etat hébreu depuis son désengagement de Gaza en 2005. Deux civils ont également été tués dans des tirs de roquettes du Hamas, selon Israël.

Plus de 600 victimes à Gaza, Israël met en cause le Hamas

israël poursuit le pilonnage de gaza
israël poursuit le pilonnage de gaza © reuters

Côté palestinien, l'opération israëlienne a déjà fait plus de 600 morts, dont une centaine d'enfants selon les secours à Gaza. Des quartiers entiers sont en ruine, les rues étaient aujourd'hui quasi-désertes. Selon l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), une école des Nations Unies à Gaza accueillant des déplacés par le conflit a été frappée par des tirs de chars israéliens.

L'armée israëlienne accuse le Hamas d'utiliser les civils comme bouclier humain, "en ouvrant le feu sur Israël à partir d'écoles, d'hôpitaux et de mosquées".

Malgré les pressions internationales, Benjamin Netanyahu reste sur ses positions :

La population de Gaza est la victime du régime brutal du Hamas

Aujourd'hui, le Hamas a procédé à de nouveaux tirs de roquettes, faisant retentir les sirènes de Tel-Aviv en Israël. L'offensive aérienne, à laquelle s'ajoute une opération terrestre depuis jeudi dernier, a notamment pour but de faire cesser les tirs de roquettes du Hamas et de détruire les tunnels de transport des armes. Selon l'armée israëlienne, 1 600 tirs de roquettes ont été recensés depuis le début du conflit, et environ 400 autres projectiles ont été interceptés par le système anti-missile "Dôme de fer".

Notre envoyé spéciale Mathilde Lemaire était en direct de Gaza à 18 heures

Au Caire, l'Autorité palestinienne propose un plan de trêve

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est toujours en Egypte, où il tente d'arracher un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Après des entretiens avec le président Abdel Fattah al-Sissi et le chef de la diplomatie égyptienne, il a exhorté le Hamas à engager des négociations de paix avec Israël, sur la base de la proposition de trêve égyptienne.

Jusqu'ici, le Hamas a rejeté cette proposition. L'Autorité palestinienne a proposé, ce soir au Caire, un plan prévoyant une trêve dans la bande de Gaza, suivie par cinq jours de pourparlers.

Ban-ki-Moon avait quant à lui quitté l'Egypte pour rencontrer le premier ministre israëlien à Tel-Aviv.

S'adressant aux deux parties, le secrétaire général de l'ONU a réclamé l'arrêt des hostilités

Pour l'heure, les compagnies de vol américaines ont été interdites de vol de et vers Israël pour 24 heures. D'autres grandes compagnies internationales comme Air France, Lufthansa, Brussels Airlines, EasyJet ou Air Canada ont pris des dispositions similaires.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.