début de l'évacuation des civils à homs
début de l'évacuation des civils à homs © reuters

Elle doit en principe fournir dès aujourd'hui une aide d'urgence aux civils assiégés de Homs. La ville a été évacuée d'une partie de ses habitants hier, après deux ans d'horreur au quotidien, lors d'une trêve qui doit encore durer quelques jours.

Et si c'était de début de la fin du cauchemar pour les habitants de Homs ? Des dizaines de civils sont en cours d'évacuation, profitant d'une trêve de plusieurs jours accordée sous l'égide de l'Onu pour quitter la ville. Une ville tenue par les rebelles et que Bachar Al-Assad assiège deuis plus de 600 jours.

Sur les 200 personnes que le Croissant Rouge pense recueillir, 85 ont pu s'enfuir hier. Béatrice Dugué

C'est donc l'Onu qui est à l'origine de ce cessez-le-feu salvateur, en accord avec le gouvernement syrien et les rebelles. Il aura fallu plusieurs mois d'âpres négociations pour arriver à ce résultat.

Des tirs d'obus au coeur de la trêve

Désormais, il faut aider ces civils. L'Onu prévoit d'envoyer une aide d'urgence aujourd'hui. Les convois doivent arriver dans la matinée dans différents quartiers de Homs. 2.500 personnes devraient en profiter. L'aide comprend non seulement de la nourriture, des kits médicaux, des matelas et des convertures, mais aussi un soutien financier, en liquide, et logistique, "pour faire face aux besoins immédiats de ceux qui choisissent d'évacuer la zone et de ceux qui sont toujours dedans".

Rien de tout ça n'aurait été possible sans un geste du pouvoir syrien... Un geste qu'on accueille toutefois avec prudence à l'Onu, Charlotte Alix

Des militants accusent notamment le régime de jouer sur les deux tableaux; au coeur de la trêve, les rebelles affirment qu'ils ont subi des tirs d'obus de mortier. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme assure que le pouvoir veut ainsi "retarder l'aide", un projet "dévastateur pour les civils innocents restés dans les zones assiégées".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.