Par son seul nom, Homs évoque les pires moments de la guerre en Syrie. D'ailleurs est-ce encore une ville, après les bombardements incessants qui ont détruit des quartiers entiers ? Nos envoyés spéciaux Valérie Crova et Gilles Gallinaro ont arpenté cette ville qui tente de se relever.

Les quatre années de guerre en Syrie ont causé la mort de plus de 230 000 personnes et des destructions considérables. Une ville symbolise la violence de la guerre : Homs, troisième ville du pays, où des quartiers entiers ont été littéralement rasés par les pilonnages incessants de l’armée syrienne. D’autres ont subi des dommages importants, dus aux combats entre les rebelles et les soldats loyalistes. Les combats ont cessé il y a un an aujourd'hui, pourtant Homs s'en remet difficilement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.