La tension est montée dans la soirée à Hong-Kong
La tension est montée dans la soirée à Hong-Kong © Reuters

A Hong Kong, le gouvernement local a demandé aux milliers de manifestants de se disperser alors qu'ils occupent toujours le centre ville pour obtenir une vraie démocratie aux prochaines élections.

Leung Chun-ying, chef de l'exécutif de Hong Kong refuse de démissionner. Il a mis en garde les manifestants assurant que la poursuite de l'occupation de bâtiments publics risquait d'avoir de graves conséquences.

Alors que les manifestants exigent son départ, Leung a précisé que son adjointe, Carrie Lam, s'entretiendrait avec des étudiants contestataires au sujet des réformes politiques.

Lever le blocus

A plusieurs reprises, le gouvernement de Hong-Kong a demandé aux manifestants de lever leur blocus du centre de la mégapole. "Trois mille responsables de l'administration gouvernementale vont faire de leur mieux demain pour retourner à leur lieu de travail, dans la mesure du possible. Afin de maintenir les services publics, le siège du gouvernement doit fonctionner comme d'habitude", a expliqué le gouvernement.

La contestation ne faiblit pas

Ce jeudi, tard dans la nuit, les forces de l'ordre sont toujours face aux manifestants. En fin de soirée, des caisses de balles en caoutchouc ont été acheminées sur place. La contestation ne faiblit pas grâce au dynamisme de plusieurs leaders. Parmi eux, il y a un adolescent de 17 ans, Joshua Wong, qui a déjà passé 48 heures en prison. Son portrait par Philippe Reltien :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.