La Slovénie a installé des barbelés le long de sa frontière avec la Croatie
La Slovénie a installé des barbelés le long de sa frontière avec la Croatie © MaxPPP

Les Européens vont s'efforcer jeudi à Malte d'éviter d'apparaître comme une "forteresse" aux yeux d'Africains avec lesquels ils vont signer un plan d'action censé endiguer l'afflux de migrants, qui met à mal leur cohésion.

Le sommet sur la question migratoire à La Valette à Malte entre une cinquantaine de pays européens et africains s’est entamé mercredi soir. Ce jeudi, ils s’efforceront d'éviter d'apparaître comme une "forteresse" aux yeux d'Africains avec lesquels ils vont signer un plan d'action censé endiguer l'afflux de migrants, qui met à mal leur cohésion.

Tractations en cours avec la Turquie

Les dirigeants européens se réuniront ensuite entre eux pour faire le point sur les diverses décisions qu'ils ont prises pour faire face à la crise migratoire. Ce sommet extraordinaire devrait surtout se focaliser sur les tractations en cours avec la Turquie, à qui l'UE demande d'endiguer le flux de réfugiés syriens. En dépit de l'hiver qui approche, ce flux ne faiblit pas et a conduit mercredi la Slovénie à installer des barbelés le long de sa frontière avec la Croatie. Quelques heures plus tard, la Suède annonçait qu'elle rétablissait des contrôles à ses frontières, dans l'espoir là aussi de freiner les arrivées.

La Commission européenne met sur la table 1,8 milliard d'euros

Dans leur déclaration commune, qui doit être signée dans la journée, Européens et Africains s'engagent à "gérer ensemble les flux migratoires dans tous leurs aspects". La cinquantaine de dirigeants européens et africains présents à La Valette doit également souscrire à un plan d'action comportant une série de mesures visant à freiner les flux de migrants. La Commission européenne met sur la table 1,8 milliard d'euros, un montant qu'elle espère voir doubler avec la contribution des 28 Etats membres de l'UE.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.