Le tabloïd The New York Post a publié, en une, des images de cercueils ensevelis dans une fosse commune sur l'île new-yorkaise de Hart Island. Cette île est le plus grand cimetière de la ville. Ces cercueils enferment-ils des victimes du Covid-19 ?

The New York Post a publié mardi des images prises par drone au dessus de Hart Island. On y voit des personnes en blouses blanches qui installent des cercueils de fortune dans une fosse commune.
The New York Post a publié mardi des images prises par drone au dessus de Hart Island. On y voit des personnes en blouses blanches qui installent des cercueils de fortune dans une fosse commune. © DR/Captures d'écran nypost.com, AP/John Minchillo et Reuters/Lucas Jackson

The New York Post, tabloïd new-yorkais, a publié mardi 7 avril des images et une vidéo tournées par un drone au dessus d'une île new-yorkaise. On voit sur ces images des personnes en blouses blanches qui installent des cercueils de fortune dans une fosse commune. Cette île, c'est Hart Island. Le New York Post assure que les corps qui sont enterrés sont bien des morts touchés par le Covid-19. "La ville de New York n'a pas eu d'autre choix que d'enterrer les morts du coronavirus à Hart, comme l'a confirmé une porte-parole de la municipalité jeudi", est-il écrit. 

"L'île aux larmes", titre le New York Post dans son édition de vendredi
"L'île aux larmes", titre le New York Post dans son édition de vendredi

Ces images ont été largement reprises aux Etats-Unis, par exemple par Now This:

Elles ont rapidement fait le tour du monde. En France, BFM les a diffusé en précisant que les corps enterrés enterrés étaient ceux de victimes du Covid-19. Mais, ces images montrent-elles des victimes du Covid-19 enterrées dans des fosses communes ?

Qu'est-ce que Hart Island ? 

Hart Island, une île située au large du Bronx à New York, est une île exclusivement dédiée aux enterrements avec plusieurs fosses communes disséminées un peu partout sur son territoire. Une société, le Hart Island Project, gère les lieux et tente depuis plusieurs années d'en faire un endroit si ce n'est "touristique", du moins un lieu de promenade et de recueillement. 

Sur son site internet, The Hart Island Project propose même une carte interactive permettant de voir combien de personnes sont enterrées dans chaque fosse et depuis combien de temps. 

Depuis 150 ans ces lieux sont exclusivement utilisés comme cimetière. Les personnes n'ayant pas de famille ou de proches identifiés après le décès – les indigents, les SDF, des enfants morts-nés, des parties de corps retrouvées – sont enterrés sur Hart Island. Les corps de morts du Sida au début de la pandémie y reposent également. Depuis 1980 par exemple, plus de 68 000 corps y ont été déposés.

Des détenus procèdent aux enterrements

Comme ces détenus qui fabriquent des plaques d'immatriculation ou ces autres qui actuellement fabriquent des masques, des détenus de la prison new-yorkaise de Ryker's Island sont chargés, eux, des enterrements une fois par semaine, le jeudi, pour une poignée de dollars. Ce sont eux qui doivent transporter les cercueils et les mettre dans l'une des fosses. 

Y a-t-il des morts du Covid-19 à Hart Island ? 

La ville de New York étant très durement frappée par la crise du Covid-19, ces images montrent-elles les cercueils de victimes du coronavirus ? Pour l'instant, il est impossible de le savoir. Le New York Post a interviewé la responsable des lieux, Melinda Hunt, qui affirme : "Nous ne savons pas si des malades du Covid-19 ont été enterrés ici, car aucun n'a été testé." Melinda Hunt explique néanmoins que "23 corps enterrés jeudi dernier, c'est beaucoup plus que d'habitude".

The New York Post cite une source officielle de la mairie selon laquelle, pourtant, aucun malade du Covid-19 n'a pour l'instant été enterré sur Hart Island.

Hart Island sera amenée à recevoir des morts du Covid

Les autorités, à commencer par le maire de New York, Bill de Blasio, ont clairement annoncé que les morgues allaient être débordées. 

Ce débordement étant attendu, Bill de Blasio, a laissé entendre, en début de semaine, que la ville envisageait d'enterrer temporairement  dans plusieurs endroits de la ville, dont Hart Island, des corps de personnes décédées du Covid-19. Le New York Post cite Freddi Goldstein, une porte-parole de la municipalité, dans son article fracassant affirmant que "la ville n'aura pas d'autre choix dans les prochains jours que d'enterrer sur Hart Island des morts du Covid-19 n'ayant pas été identifiés ou non réclamés par la famille".

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.