À Pékin, 1 habitant sur 2 est célibataire.Or, être célibataire est vu comme une tare en Chine. Des parents tentent de caser leur enfant célibataire comme sur un marché. Reportage.

Les parents déposent leurs petites annonces dans le Parc du Peuple à Pékin
Les parents déposent leurs petites annonces dans le Parc du Peuple à Pékin © Radio France / Julien Baldacchino

Le 11 novembre est le jour des célibataires en Chine. Inventé par le milliardaire chinois Jack Ma, leader du e-commerce avec sa plateforme Alibaba.com, l’événement est surtout la grande fête des soldes sur Internet. Le 11 novembre 2017 par exemple, les ventes ont atteint plus de 21 milliards d'euros en cette seule journée!

Mais derrière cette folie du commerce en ligne se cache une autre réalité : la Chine compte 200 millions de célibataires.

Et cette situation est toujours aussi mal vue.

Les parents prennent donc les choses en mains et tentent de caser leur enfant esseulé. Ils se rassemblent régulièrement dans le parc du Temple du ciel, à Pékin, pour trouver la perle rare. Voici les discussions que l'on y entend : 

Vous avez un garçon ou une fille ? Un garçon.

De quelle année ? De 81 

Et le vôtre ? Le mien est de 86

Les parents de jeunes célibataires dans le parc du temple du ciel à Pékin
Les parents de jeunes célibataires dans le parc du temple du ciel à Pékin © Radio France / Dominique André

Comme s'ils étaient au marché, ils inscrivent les informations jugées "essentielles" sur de petites affichettes : 

- Fille, 1 mètre 60, 50 kilos, diplômée, bon caractère 

- Garçon, 1 mètre 80, propriétaire d’un appartement et d’une voiture 

Chine : Les petites annonces permettent d'obtenir les informations "essentielles" sur le célibataire
Chine : Les petites annonces permettent d'obtenir les informations "essentielles" sur le célibataire © Radio France / Julien Baldacchino

Mr Wang vient depuis des années mais il n’a toujours pas trouvé un mari pour sa fille :

Avant c'était le parti communiste et les familles qui mettaient les garçons et les filles en contact. Pékin était plus petite. Le nombre de garçons et de filles était quasiment le même. Maintenant, beaucoup de filles arrivent de la campagne. Il n'y a donc pas assez de garçons en ville, dit Mr Wang

Selon Mr Wang, les sites de rencontres sur Internet donnent souvent de fausses informations. 

Ici, je rencontre au moins les parents, ça donne une idée de la famille. Mais beaucoup rentrent chez eux bredouilles.

A Pékin, les parents tentent par tous les moyens de caser leur enfant célibataire
A Pékin, les parents tentent par tous les moyens de caser leur enfant célibataire © Radio France / Dominique André
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.