le président algérien abdelaziz bouteflika, victime d’un avc, hospitalisé à paris
le président algérien abdelaziz bouteflika, victime d’un avc, hospitalisé à paris © reuters

L'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis maintenant plus de trois semaines à Paris, suscite des rumeurs alarmistes en Algérie, alimentées par les propos officiels rassurants, mais évasifs.

En l'absence de bulletins de santé du président de 76 ans, transporté le 27 avril à l'hôpital militaire du Val de Grâce à la suite d'un AVC, la presse algérienne s'interroge chaque jour sur ce sujet tabou.

Ecoutez les précisions de Bertrand Gallicher

1 min

Inter treize - Bouteflika malade

Samedi, le quotidien francophone El-Watan a annoncé, citant Le Point, "C'est grave: des fonctions vitales seraient atteintes".

Dimanche, Mon journal et son pendant arabophone Djaridati ont fait l'expérience de la censure, une première en Algérie depuis une dizaine d'années. Une cendure démentier par le ministère de la Communication.

Les deux titres avaient consacré leur Une à un dossier sur une "détérioration" de l'état de santé du chef d'État. Citant "des sources médicales françaises et des proches de la présidence algérienne", ils annonçaient que Bouteflika était "rentré mercredi à l'aube à Alger en état comateux".

Ecoutez l'avis d'Ahsane El KAdi, le directeur du site Maghreb Emergent

54 sec

S Algérie 13h ok ok !

Le ministère de la Communication formellement démenti ces déclarations, en affirmant que les deux journaux "donnaient des informations totalement fausses" sur l'état de santé du président.

Hichem Aboud, le patron du journal, a été formellement accusé par le parquet d'Alger d'"atteinte à la sécurité de l'Etat" pour ses déclarations sur la santé du président, qui ont eu un "impact négatif direct sur l'opinion publique nationale et internationale".

Ecoutez l'interview d'Hichem Aboud

41 sec

S journaux en algerie OK

Hier, pourtant, le quotidien francophone Le Soir d'Algérie titrait "Confusion totale" et prévenait: "Plus son séjour parisien s'allonge, plus la version officielle perd de sa crédibilité auprès d'une opinion publique suspicieuse de nature".

A Alger, les précisions de Leïla Beratto

54 sec

P alger V2

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.