À la veille des législatives en Israël, les Arabes israéliens, qui représentent plus de 17% de la population, peuvent faire la différence entre le Likoud de Netanyahou et les centristes de Gantz. Mais ils sont face à un dilemme : aller voter et faire entendre leurs revendications ou boycotter le scrutin. Reportage.

 Umm al-Fahm, village arabe d'Israël, est partagé entre une mobilisation pour peser dans les choix politiques ou l'abstention par défiance envers un système qui les exclut.
Umm al-Fahm, village arabe d'Israël, est partagé entre une mobilisation pour peser dans les choix politiques ou l'abstention par défiance envers un système qui les exclut. © Radio France / Valérie Crova

Le village d'Umm al-Fahm est niché sur une colline. Impossible d’y accéder sans voiture. Assis derrière son bureau, Maamid tient la permanence de Hadash-Taal, l’une des deux listes qui représente les Arabes israéliens. Ce vieux monsieur est né en 1941, sept ans avant la création de l’État d’Israël. "Il faut aller voter, répète-t-il, parce qu’il y a trop de discrimination de la part des autorités."

Maamid, né avant la création de l'Etat d'Israël, tient la permanence de Hadash-Taal, l’une des deux listes qui représentent les Arabes israéliens.
Maamid, né avant la création de l'Etat d'Israël, tient la permanence de Hadash-Taal, l’une des deux listes qui représentent les Arabes israéliens. © Radio France / Valérie Crova

Nous voulons du gouvernement des transports, du travail et des constructions. On nous a pris 12 000 hectares pour l’alimentation en électricité. Ce n’est pas sain. Nous voulons récupérer les terres qui nous ont été confisquées.

Le député sortant Youssef Jabareen mène campagne tambour battant dans la région. S’il doit rentrer demain dans une coalition gouvernementale, il choisira Benny Gantz, de mouvement centriste Bleu Blanc, par défaut. 

Après l’adoption l’an dernier de la loi sur l’Etat-nation juif par le gouvernement Netanyahou, Youssef Jabareen (à droite), député arabe israélien sortant, fait un choix de raison : il votera pour le centriste Benny Gantz.
Après l’adoption l’an dernier de la loi sur l’Etat-nation juif par le gouvernement Netanyahou, Youssef Jabareen (à droite), député arabe israélien sortant, fait un choix de raison : il votera pour le centriste Benny Gantz. © Radio France / Valérie Crova

Gantz ne parle pas de solution à deux États. Il ne parle pas du respect de nos droits en tant que minorité nationale. Mais nous avons vu que Benyamin Netanayahou a été un leader très dangereux. 

"Il a fait passer des lois antidémocratiques et en reniant les droits fondamentaux de notre peuple palestinien"

Pour inciter les jeunes Arabes israéliens à se rendre aux urnes, le rappeur Tamer Nafar a publié une vidéo dans laquelle il fait passer un message clair :

Soit nous votons, soit nous finirons expulsés de la patrie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.