VIDÉO. Quatre syndicats turcs ont appelé à une grève nationale, ce jeudi, après l'accident qui a fait au moins 282 morts dans une mine de charbon à Soma, dans l'ouest du pays.Le président Abdullah Gül s'est rendu sur le site de la catastrophe.

Les syndicats veulent protester contre les normes de sécurité qu'ils jugent insuffisantes depuis que l'ancienne mine publique de Soma a été concédée à une société privée. "Des centaines de nos frères travailleurs à Soma ont été voués d'emblée à la mort en étant forcés de travailler dans des conditions de production particulièrement difficiles dans le but de parvenir à des profits maximums", déclarent les syndicats dans un communiqué.

Nous appelons la classe ouvrière, les manoeuvres et les amis des travailleurs, à se lever pour nos frères de Soma.

►►► À LIRE AUSSI | Les mineurs, résignés, espèrent encore

Les participants sont appelés à se vêtir de noir. Dans le même temps, le président turc est arrivé dans la matinée sur le site de la catastrophe minière. D'importantes mesures de sécurité ont été prises avant l'arrivée du chef de l'État.

"La douleur de chacun est la douleur de tous", a déclaré Abdullah Gül. "De telles souffrances ne devraient pas se produire. Comme les pays développés qui n'ont plus à vivre de telles choses, nous devons réévaluer nos réglementations et prendre toutes les mesures nécessaires."

Le gouvernement chahuté, manifestations dans plusieurs villes

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui s'est rendu mercredi sur le site, à 480 km au sud-ouest d'Istanbul, a été sifflé par la foule et son entourage bousculé. Le gouvernement se voit reprocher des liens étroits avec les magnats de l'industrie minière, son incapacité à assurer le respect des normes de sécurité ou le peu d'informations communiquées par les secours.

À Soma, l'attente se poursuit pour les familles des victimes, raconte l'envoyé spécial de France Inter, Benjamin Illy.

Deux jours après le drame, les secouristes s'efforcent toujours de pénétrer dans certaines galeries inexplorées de la mine accidentée. Mais les espoirs de retrouver des survivants parmi la centaine de disparus sont infimes en raison des émanations mortelles de monoxyde de carbone, responsables de la plupart des décès constatés.

la colère monte en turquie après l’accident meurtrier dans la mine de soma
la colère monte en turquie après l’accident meurtrier dans la mine de soma © reuters

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans le centre d'Istanbul pour demander la démission du gouvernement. La police turque a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser les protestataires qui s'étaient réunis sur l'avenue Istiqlal.

Les forces de l'ordre sont également intervenues à Izmir, la grande ville la plus proche de Soma. Des mouvements de protestation ont également été signalés à Mersin et Antalya.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.