Le retrait de Trump de l'Accord de Paris ne décourage pas les militants pro-climat. Le documentaire "From the Ashes" illustre cette lutte par le prisme du charbon aux États-Unis.

Depuis l'annonce de Donald Trump du retrait de l'Accord de Paris, les militants pro-climats se félicitent de la fermeture de sept centrales à charbon supplémentaires.
Depuis l'annonce de Donald Trump du retrait de l'Accord de Paris, les militants pro-climats se félicitent de la fermeture de sept centrales à charbon supplémentaires. © AFP / GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Les militants pro-climat américains ne se laissent pas abattre par la décision prise début juin par Donald Trump de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris. Plus d'un millier de personnalités politiques locales et universitaires ont pris l'engagement de tout faire pour faire respecter le texte signé à l'issue de la COP 21.

Face aux industriels, soutenus par l'administration Trump, de puissantes fondations livrent une véritable guerre pour lutter contre le réchauffement climatique. En témoigne From the Ashes, un documentaire diffusé jeudi soir en avant-première à Paris et qui dresse l'état des lieux de la problématique de la production du charbon aux États-Unis.

►ÉCOUTER | "Voir l'implication des mères, pour que cette transition se fasse avec ou sans Washington, finit de vous convaincre", le reportage d'Olivier Poujade sur le documentaireFrom The Ashes

Le 28 mars dernier, déjà, deux mois avant l'annonce du retrait de l'Accord de Paris, Donald Trump avait remis en cause les mesures prises par son prédécesseur, Barack Obama, sur la lutte contre les émissions de dioxyde de carbone, levant au passage les normes strictes imposées aux centrales à charbon.

Les Américains largement favorables à la transition énergétique

Car le charbon, cette énergie fossile essentielle au XXe siècle, est maintenant obsolète. Coûteux, nocif, le charbon est jugé responsable de 7 500 morts chaque année.

Antha Williams, directrice programme Climat pour la fondation Bloomberg Philantropies, met en avant l'opinion publique, de plus en plus favorable aux décisions fortes en faveur des énergies renouvelable : "Les sondages montrent que 75 % des Américains soutiennent les actions pour la transition énergétique (...)"Les Américains ne veulent pas que leurs enfants respirent la pollution de l'air générée par les énergies fossiles" renchérit-elle.

Et la mobilisation contre les centrales à charbon porte ses fruits. Mary Ann Hitt, qui dirige le programme "Au-delà du charbon", rappelle que la part de l'électricité au charbon dans la consommation énergétique américaine a drastiquement diminué depuis 2010, passant de 50 % à 30 % aux États-Unis.

La militante, qui appartient à la très influente ONG Sierra Club, reconnue pour son poids dans la lutte contre le réchauffement climatique, explique aussi que près de la moitié des usines ont été fermées. Elle estime que l'annonce de Donald Trump n'aura aucun effet permettant une reprise de l'activité de production, principalement parce que les modes de productions sont décidés au niveau local, état par état. "Avec ou sans Donald Trump", poursuit-elle, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre seront atteints.

Sept centrales de plus fermées depuis deux semaines

La situation semble aller dans leur sens. Les Echos relevaient mercredi une importante chute de la production de charbon en 2016, de -6,2 % au niveau mondial. Une baisse historique expliquée par le quotidien économique comme la conséquence d'une plus grande attractivité des coûts des énergies vertes, en plus des efforts de lutte contre les gaz à effet de serre.

Aux États-Unis, la baisse de consommation (et de production) de charbon s'observe depuis 2009, compensée par une hausse de la consommation de gaz naturel.

Exemple parlant, le nombre de centrales fermées continue à augmenter : depuis deux semaines, Mary Ann Hitt a recensé la fermeture de sept centrales à charbon supplémentaires.

Et si les subventions prévues pour reclasser les 50 000 ouvriers du charbon sont toujours entre les mains du président américain, les pro-climat peuvent compter sur l'appui de la fondation de l'ancien maire de New York, Michael Bloomberg. Bloomberg Philantropies s'est engagée à verser la contribution américaine au fonds de lutte contre le réchauffement climatique pour les deux ans à venir.

From the Ashes sera diffusé pour la première fois en anglais sur National Geographic le 25 juin prochain. Pour la version française, il faudra attendre le 2 juillet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.