Pinar Selek, sociologue turque s'est spécialisée sur les questions kurdes depuis 20 ans. Obligée de se réfugier en France, les autorités turques l'accusent de terrorisme.

Pinar Selek attend actuellement le verdict d'un 5ème procès.
Pinar Selek attend actuellement le verdict d'un 5ème procès. © Radio France / FREDERICK FLORIN

Pinar Selek est sociologue, elle travaille sur l'action collective, dans la région de Nice où elle est enseignante-chercheuse. Pendant 20 ans, elle a fait carrière dans son pays, la Turquie, en se spécialisant sur les Kurdes et le service militaire turc. Exilée en France, elle fait l'objet d'accusations (dont celle d'avoir commis un attentat sur un marché) de la part du gouvernement.

Ses ennuis avec les autorités turques ont commencé dès ses premiers travaux de recherche pour son master et bien avant que Recep Tayyip Erdoğan ne devienne président. Arrêtée, emprisonnée, elle est sommée de fournir ses sources, notamment les entretiens qu'elle avait eu avec les kurdes.

Je n'ai pas accepté leur proposition, donc la torture a commencé. J'y ai résisté, mais ils ont confisqué tous mes documents.

"Je pense qu'il ont aussi voulu montrer l'exemple aux autres chercheurs, leur faire peur pour qu'ils sachent que s'ils faisaient des sujets comme ça, ils pouvaient se retrouver dans la même situation."

Soutenue en France

Depuis, elle a connu quatre procès. À chaque fois, elle a été acquittée. Elle bénéficie aujourd'hui du soutien du programme "PAUSE" d'accueil de chercheurs en exil, qui aide 130 chercheurs, dont la moitié sont d'ailleurs turcs. 

Elisabeth Cunin dirige le laboratoire commun au CNRS, à l'IRD, l'université Nice Sophia Antipolis et l'’université Paris-Diderot, qui collectivement affirment leur soutien à Pinar Selek.

"Nous ce qu'on voulait, c'était aussi montrer qu'elle avait un soutien institutionnel. C'est notre collègue, elle est enseignante chercheuse actuellement. Et donc il nous semblait important d'insister là-dessus. Elle est en poste, elle est universitaire et elle est financée par des institutions françaises."

Pinar Selek attend actuellement le verdict d'un cinquième procès. Elle est menacée d'une condamnation à perpétuité en Turquie, et fait l'objet d'un fort soutien, notamment des organismes de recherche publics. Ils ont publié un texte de soutien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.