Rencontre lourde de symbole à la Maison Blanche, Joe Biden accueille le président afghan Aschraf Ghani au moment où les talibans enregistrent d'impressionnants gains militaires sur le terrain.

Soldat afghan devant un check-point à l'entrée d'une base américaine à Bagram, en avril 2021
Soldat afghan devant un check-point à l'entrée d'une base américaine à Bagram, en avril 2021 © AFP / Wakil KOHSAR / AFP

L’échéance - le 11 septembre – est aussi symbolique qu’inéluctable : en donnant une date butoir au départ total des troupes américaines d'Afghanistan, Joe Biden a pavé la voie à une cohorte d'incertitudes et d'inquiétudes avec le retour quasi inéluctable des talibans, une fois la voie libérée. Ces derniers ont lancé ces derniers jours une série d'offensives dans le nord de l'Afghanistan, au-delà de leurs bastions traditionnels dans le sud du pays, sur fond de retrait des forces étrangères. 

Avancée des talibans sur fond de retrait des troupes américaines d'Afghanistan
Avancée des talibans sur fond de retrait des troupes américaines d'Afghanistan © Radio France / Chadi Romanos

Reçu par le président américain aux côtés d’Abdullah Abdullah, le président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale, Ashraf Ghani devrait tenter d'obtenir des Etats-Unis l'assurance que Washington continuera à soutenir les forces gouvernementales afghanes une fois achevé son retrait. Le président américain a souligné que les États-Unis continueraient de fournir à Kaboul un soutien diplomatique, économique et humanitaire et de garantir que le pays ne redeviendra jamais un nouveau havre pour des groupes terroristes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le retrait des troupes étrangères, une "onde sismique"?

Les États-Unis ont commencé le retrait de leurs 2 500 soldats encore déployés en Afghanistan , mais environ 7 000 autres soldats provenant principalement de pays de l'Otan - ainsi que de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de la Géorgie – les accompagnent aussi dans ce mouvement. Un départ de toutes les troupes étrangères qualifié "d’onde sismique" par Deborah Lyons, l’émissaire de l’ONU pour l’Afghanistan, qui craint un enchaînement de scénarios catastrophes. 

Côté politique, le chantier est total : le paysage politique afghan est en ruines et ce n'est pas cet accueil à la Maison Blanche qui permettra au président afghan Ashraf Ghani de regagner de la crédibilité et de la légitimité dans son pays, après avoir été marginalisé lors des pourparlers de paix qui se eu lieu entre les américains et les talibans au Qatar.

Candidats à l'exil

Face à la poussée des talibans, qui encerclent désormais une part importante des villes clés du pays, la population se prépare. Ceux qui en ont les moyens, les proches du régime, anticipent un exil, envoient leurs familles à l'étranger. Ceux qui ont collaboré avec les États-Unis s'attendent aussi au pire, bien que les talibans aient promis de ne pas exercer de représailles. 

Plus de 18 000 demandes d'immigration sont actuellement étudiés par l’administration américaine, dont un grand nombre d’interprètes, notamment, qui redoutent de subir le même sort qu'Abdul Basir, un des 800 afghans employés par l'armée française en Afghanistan, retrouvé mort, assassiné par les talibans. Il avait trois fois cherché à être rapatrié en France, rapporte le journaliste Quentin Müller, auteur d'un livre sur le sujet. 

Avec le départ des Américains, la vague des demandes d'immigrations touche l'ensemble des pays de l'OTAN présents en Afghanistan :  les autorités britanniques s'apprêtent à relocaliser sur leur sol plus de 3 000 personnes,. En Italie, Mario Draghi dit redouter une vague importante de migrants et attend une réponse coordonnée de l'Europe.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Thèmes associés