Pas de survivants après le glissement de terrain en afghanistan
Pas de survivants après le glissement de terrain en afghanistan © Reuters

Au moins 300 personnes sont mortes vendredi, ensevelies sous 100 mètres de boue, après un gigantesque glissement de terrain dans dans le district d'Argo, une région montagneuse du nord-est du pays.

Plusieurs centaines de maisons en briques de terre séchée du village de d'Aab Bareek, à la frontière avec le Tadjikistan, ont été emportées vendredi par deux coulées de boue consécutives aux pluies torrentielles.

Des habitants des villages voisins sont venus prêter main forte aux secours à la levée du jour. Armées de pelles, des équipes de secours ont creusé désespérément parmi les décombres de quelque 300 maisons détruites pour retrouver des victimes, une tâche titanesque en raison des tonnes de terre et de pierres. En milieu d'après-midi les autorités locales ont annoncé la fin des recherches.

Les glissements de terrain ont fait au moins 4.000 déplacés, selon la mission de l'ONU, et leur prise en charge est désormais la priorité des autorités, alors qu'un autre pan de la montagne qui surplombe le village menace de s'effondrer.

Les explications d'Isabelle Labeyrie

IDE afghanistan
IDE afghanistan © ide
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.