Air France A380 F
Air France A380 F © Joe Ravi CC-BY-SA 3.0

Après l’accord sur le nucléaire iranien entré en vigueur en janvier, la compagnie aérienne française va rouvrir sa liaison Paris-Téhéran dans deux semaines. Une note interne demande au personnel navigant d’adapter sa tenue vestimentaire sur le sol iranien.

A partir du 17 avril, Air France effectuera trois vols par semaine vers la capitale iranienne. Personne ne conteste la réouverture de cette ligne Paris-Téhéran. Ce qui passe mal, c’est la consigne donnée en interne aux hôtesses et stewards : à leur descente de l’avion à Téhéran, ils devront porter des vêtements amples à manches longues, des pantalons, et un foulard Air France pour cacher les cheveux des hôtesses, jusqu’à l’hôtel.

Les précisions de Vianney Smiarowski.

"On s’adapte aux lois et aux us et coutumes sur toutes les destinations sur les cinq continents où nous allons. Mais pour cette destination, nous demandons un volontariat pour respecter la liberté de conscience et la liberté individuelle des hôtesses de l’air ". Christophe Pillet, secrétaire général adjoint du SNPNC, le Syndicat National du Personnel Navigant Commercial.

Si elles refusent le vol, les hôtesses s'exposent actuellement à une pénalité sur leur salaire ou encore à une mention dans leur dossier professionnel. Pour l'instant, la direction d'Air France refuse le volontariat, ce que ne comprend pas l'Union des Navigants de l'aviation civile (UNAC).

Flore Arrighi, présidente de l'UNAC

"Au niveau économique, pour l’entreprise, c’est une bonne chose. Mais pour les hôtesses, c’est autre chose. On ne veut pas rentrer dans la polémique. On veut juste avoir le choix ". Flore Arrighi, la présidente de l'UNAC.

L'UNAC a alerté la ministre des droits des femmes. Selon le syndicat, Laurence Rossignol prend le sujet très à cœur et s'est engagée à contacter le DRH d'Air France. De son côté, la direction a indiqué à son personnel qu'il serait informé de la situation en début de semaine prochaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.