[scald=107023:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Alain Juppé a estimé jeudi qu'il y avait un espoir pour la Française Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison au Mexique, après que quatre des cinq juges de la Cour suprême mexicaine ont établi qu'il y avait eu des infractions au cours de l'enquête.

La Cour suprême a rejeté mercredi la remise en liberté immédiate de la Française âgée de 37 ans, arrêtée en décembre 2005 et condamnée en 2008 pour enlèvement au terme d'une procédure contestée .

Quatre des cinq juges ont toutefois établi qu'il y avait eu des infractions au cours de l'enquête et un nouveau magistrat pourrait être désigné par la Cour suprême pour tenter de présenter un nouveau rapport qui essaiera de trouver un consensus, a indiqué l'avocat de Florence Cassez, Frank Berton.

"Il y a un espoir puisque précisément les juges ont reconnu qu'il n'y avait pas eu un vrai procès, et ça c'est un progrès très important", a estimé jeudi Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, au micro d'Europe 1.

"Nous constatons que la justice mexicaine reconnaît que Florence Cassez n'a pas eu un procès équitable, ce que nous pensions depuis longtemps, et donc il faut aujourd'hui qu'elle puisse avoir un traitement équitable et recouvrer sa liberté parce qu'il y a beaucoup de raisons de penser qu'elle est innocente", a-t-il ajouté.

A Mexico, un responsable judiciaire a indiqué mercredi que, comme au moins trois juges ont décidé que les droits de la Française avaient été bafoués, la Cour suprême était dans l'obligation de réfléchir à un nouveau moyen de régler ce dossier, ce qui pourrait conduire à la tenue d'un nouveau procès.

Il faudra cependant plusieurs mois avant qu'un nouveau rapport soit examiné par la Cour suprême et de nombreux obstacles procéduraux devront être franchis avant tout nouveau procès, a ajouté ce responsable, sans plus de précisions.

Incarcérée dans un centre pénitentiaire pour femmes du sud de Mexico, Florence Cassez a toujours protesté de son innocence.

Marine Pennetier, avec Thierry Lévêque

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.