Plus de de 10.000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis hier soir en raison des violents bombardements.

Civils syriens arrivant au check point établi par les forces pro-gouvernementales, après avoir fui Alep-est
Civils syriens arrivant au check point établi par les forces pro-gouvernementales, après avoir fui Alep-est © AFP / George OURFALIAN

"Plus de 10.000 personnes ont fui les quartiers encore tenus par les rebelles dans le sud-est de la ville depuis minuit en raison des combats et bombardements", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme(OSDH) Rami Abdel Rahmane. "Ils se sont réfugiés dans des secteurs sous le contrôle des forces du régime dans la partie ouest d'Alep", selon lui.

La partie orientale a résonné des bruits sourds des explostions des missiles et des obus qui s'abattent sur le dernier carré contrôlés par les combattants anti-régime. Des hélicoptères ont largué de nombreux barils d'explosifs. Tout Alep-est se vide de ses habitants. Ils n'ont plus d'autres choix que d'aller vers la partie ouest de la ville, la zone gouvernementale. Difficile de savoir combien restent encore du côté est de la ville. L"exode s'accélère à mesure que l'armée syrienne poursuit son avancée. Les groupes rebelles sont acculés sur un minuscule territoire. Ils ne nous reste plus que la reddition ou la mort, disait l'un de leurs représentant ce matin à notre envoyée spéciale Valérie Crova.

Le reportage de Valérie Crova dans un centre d'acceuil pour les déplacés.

Une délégation composée des députés français Cécile Duflot (écologiste), Hervé Mariton (LR) et Patrick Menucci (PS) tente d'arriver lundi en Syrie pour obtenir une aide humanitaire à la ville d'Alep.

"Cette délégation appelle à un cessez le feu immédiat et l’évacuation des civils de la ville d’Alep, sous le feu de l’armée russe et de celle de Bachar El-Assad", explique Cécile Duflot .

"Il s'agit de lancer un appel pour qu’une aide humanitaire soir apportée au plus vite et s’assurer que les civils innocents, dont femmes et enfants, qui souffrent de la famine, du froid et de l’absence de soins primordiaux, puissent être secourus".

Le régime contrôle 85% des quartiers que les rebelles tenaient avant le début le 15 novembre de l'offensive aérienne et terrestre de l'armée syrienne et de ses alliés.

La prise inéluctable d'Alep marque un moment décisif dans la guerre en Syrie car elle conforte le régime victorieux dans sa volonté de reconquérir le pays tandis que les rebelles auront du mal à se relever, estiment les analystes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.