supporters d'Abdelaziz Bouteflika
supporters d'Abdelaziz Bouteflika © REUTERS/Louafi Larbi

Les Algériens sont appelés aux urnes jeudi pour élire leur président au cours d'un scrutin où le sortant, Abdelaziz Bouteflika apparait comme le grand favori .

A 77 ans et malgré un accident vasculaire cérébral qui l'a atteint l'an passé et l'a empêché de participer à sa propre campagne électorale, le président Abdelaziz Bouteflika est donné favori pour remporter la présidentielle de jeudi prochain et repartir pour un quatrième mandat de cinq ans.

Selon son directeur de campagne, Abdelmalek Sellaln, qui a démissionné de son poste de Premier ministre pour diriger la campagne du chef de l'Etat, en cas de réélection Bouteflika prévoit d'engager des réformes constitutionnelles pour renforcer la démocratie par la limitation du nombre de mandats qu'un président peut effectuer et des pouvoirs accrus seront accordés aux partis d'opposition.

"Bouteflika n'est pas malade, il est en cours de rétablissement. Il a la santé nécessaire pour assurer ses responsabilités" dit aussi son directeur de campagne qui a assuré toutes les réunions puibliques de la campagne et encore aujourd'hui dimanche le dernier meeting dans une salle parée de vert et de rouge au sein du complexe olympique de Chéraga, à l'ouest d'Alger où ses soutiens ont vanté le "miracle" de leur champion qui "a sorti l'Algérie des ténèbres vers la lumière".

Leïla Baratto assiste au meeting

Les cinq autres candidats paraissent avoir bien peu de chances. Parmis eux l'ancien Premier ministre de Bouteflika, Ali Benflis, qui a parle de risques de fraude électorale.

Des accusations qui pour la première fois fait sortir le Président algérien de son silence. Les algériens pnt pu voir samedi soir à la télévision, Abdelaziz Bouteflika dénoncer les accusation de son rival d'une voix mal assure, parlant même de "terrorisme à travers la télévision".

Marwane Ben Yahmed, directeur exécutif de la rédaction de "Jeune Afrique", explique les raisons du soutien des Algériens à leur Président

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.