Angela Merkel pose auprès de réfugiés arrivés fraîchement en Allemagne.
Angela Merkel pose auprès de réfugiés arrivés fraîchement en Allemagne. © Reuters / Fabrizio Bensch

Une chanson anti-nazi des années 90 numéro 1 des ventes en Allemagne. Un succès inattendu pour cet hymne punk de 1993 écrit en réaction aux attaques anti-migrants dans une Allemagne alors confrontée à l'arrivée de réfugiés fuyant la Yougoslavie.

La chanson "Schrei nach Liebe" (Un cri d'amour) du groupe Die Ärzte est devenue numéro des ventes en Allemagne. Un succès inattendu pour cet hymne punk anti-nazi datant de 1993, époque marquée par plusieurs attaques anti-migrants en Allemagne confrontée à l'arrivée de réfugiés fuyant la Yougoslavie.

Ta violence n'est qu'un cri d'amour silencieux, tes bottes de para rêvent de tendresse/Tu n'as jamais appris à articuler correctement, tes parents n'en n'avaient rien à faire de toi/ Arschloch (trou du cul).

L'Allemagne a déjà accueilli 450.000 réfugiés en 2015 et prévoit que ce chiffre monte à 800 000 d'ici la fin de l'année. Les gestes de solidarité ne cessent de se multiplier à travers le pays, comme à Francfort ou Munich où les autorités ont du demander à la population de cesser les dons, trop nombreux pour être correctement redistribués.

Selon un sondage, un allemand sur cinq aurait déjà apporté de l'aide, directement ou pas à un réfugié. La société civile et les réseaux sociaux sont particulièrement actifs. Les bénéfices tirés de la vente du disque iront à Pro Asyl une association d'aide aux réfugiés.

Beaucoup d'allemands reconnaissent un sentiment de culpabilité historique, lié à l'époque nazie et se révoltent contre les actes racistes à l'encontre des demandeurs d'asile. Incendies des hébergements, rassemblements et insultes, des violences xénophobes qualifiées d' "abjectes " par la chancelière Angela Merkel.

Par son histoire, l'Allemagne est intimement mêlée à la question de l'asile. Fuyant les avancées de l'Armée rouge en 1944, ou la RDA communiste, la population allemande a développé une forte sensibilité sur la question.

L'Allemagne, dont la dureté a été si décriée face à la crise grecque

Un sentiment renforcé par chaque flot migratoire, au moment de l'arrivée des travailleurs turcs ou italiens dans les années 50, puis les populations de l'ex-bloc de l'Est après la fin de l'Union-Soviétique, les conflits dans les Balkans et le Caucase.

L'Allemagne, dont la dureté a été si décriée face à la crise grecque, adopte à l'inverse une posture très bienveillante face à l'afflux des réfugiés. Une attitude liée à la rencontre de ce sentiment de responsabilité morale combiné à des intérêts économiques. Face à une démographie affaiblie et une population vieillissante, l'Allemagne perçoit favorablement l'arrivée d'une nouvelle main-d'oeuvre immigrée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.