Angela Merkel, Horst Seehofer, Sigmar Gabriel
Angela Merkel, Horst Seehofer, Sigmar Gabriel © REUTERS/Thomas Peter / REUTERS/Thomas Peter

La CDU de Merkel et le SPD ont conclu un accord. La base du parti de gauche doit se pronocer sur le texte. L'Allemagne pourait connaître la composition de son troisième gouvernement Merkel avant Noël.

Lors des élections du 22 septembre, la CDU d'Angela Merkel avait manqué de peu la majorité absolue. Contrainte de négocier avec le SPD, la chancelière a discuté toute la nuit de mardi à mercredi pour aboutir à un accord.

Les concessions de Merkel

L'accord doit être détaillé mercredi. Le choix des ministres devraient en revanche être annoncé plus tard. Parmi les concessions de la chancelière : la mise en place d'un salaire minimum horairede 8,50 euros et la fixation d'une limite de durée pour les contrats à durée déterminée (CDD).

Certaines personnalités politiques sont d'ores et déjà pressenties : Wolfgang Schäuble, un proche allié d'Angela Merkel, devrait rester à la tête du ministère des Finances. Au sein du SPD, Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères entre 2005 et 2009, pourrait retrouver sa place.

Le sort du président du SPD, Sigmar Gabriel, reste incertain, même s'il est assuré d'obtenir un poste élevé.

et si le SPD refuse l'accord ...

... les Allemands pourraient retourner aux urnes. 474 000 militants doivent approuver l'accord. Les mauvais résultats électoraux du principal parti de gauche ont échaudé les militants qui pourraient refuser l'accord signé par leurs dirigeants.

Si le SDP refuse l'accord, il ya deux alternatives :

  • soit les Allemands devront revoter

  • soit la CDU pourrait se tourner vers les Verts, une hypothèse rejetée dès l'annonce des résultats le 22 septembre.
Allemagne : vers une grande coalition
Allemagne : vers une grande coalition © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.