réexamen en vue de la condamnation des pussy riot en russie
réexamen en vue de la condamnation des pussy riot en russie © reuters

Le Parlement russe a adopté mercredi une loi d'amnistie qui pourrait permettre la libération des deux membres du groupe punk Pussy Riot encore emprisonnés. Autre conséquence : Les 30 militants de Greenpeace arrêtés en septembre pourraient éviter un procès

C'est un texte qui semble sur mesure pour les Pussy Riot et Greenpeace...

L'ancien magnat Mikhaïl Khodorkovski et l'opposant Alexeï Navalny, en revanche, ne devrait pas en bénéficier.

Votée aujourd'hui, cette loi d'amnistie pourrait entrer en vigueur cette semaine. Elle devrait entraîner une libération anticipée de Nadejda Tolokonnikova et de Maria Aliokhina selon leur avocate:

C'est une amnistie très restreinte. Je suis heureuse qu'elle s'applique à mes clientes

Les deux jeunes femmes purgent des peines de deux ans de camp pour avoir manifesté contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou. Elles devaient rester emprisonnées jusqu'en mars prochain. Elles pourraient retrouver la liberté dans les jours qui viennent.

La troisième membre du groupe Ekaterina Samoutsevitch, a été libérée en octobre 2012.

Un message envoyé à l'Occident

vladimir poutine visite le chantier des jo de sotchi
vladimir poutine visite le chantier des jo de sotchi © reuters

Vladimir Poutine a proposé cette loi d'amnistie à la Douma pour les 20 ans de la Constitution depuis la chute de l'URSS.

Ce texte est un moyen de faire plaisir à plusieurs pays d'Europe qui réclament la libération des Pussy Riot alors même que la polémique continue sur le traitement des homosexuels en Russie.

Les jeux olympiques de Sotchi approchent. Ils sont prévus pour février 2014 en Russie.

Les trente militants de Greenpeace pourraient être amnistiés

Selon Greenpeace, un amendement incorporé en dernière minute dans le texte de loi va sans doute permettre l'arrêt des procédures judiciaires en cours contre ses 30 militants arrêtés lors d'une opération de protestation contre les forages pétroliers dans l'Arctique. L'ONG a immédiatement réagi sur son compte twitter:

La Douma a voté l'amnistie pour les militants de Greenpeace

Manifestation de soutien aux 30 militants de Greenpeace, à Paris le 31 octobre 2013
Manifestation de soutien aux 30 militants de Greenpeace, à Paris le 31 octobre 2013 © John Van Hasselt/Corbis

Conséquence: les vingt-six militants non Russes du groupe, venant de 17 pays différents, seraient autorisés à quitter la Russie, et les poursuites judiciaires seraient abandonnées pour les trente membres de Greenpeace selon l'ONG.

Les militants avaient été emprisonnés dans des conditions difficiles pendant deux mois, puis libérés sous caution et risquent jusqu'à sept ans de prison pour vandalisme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.