Les violences ont fait 32 morts, dont plusieurs auteurs d'attentats
Les violences ont fait 32 morts, dont plusieurs auteurs d'attentats © MaxPPP

Les groupes palestiniens ont tous appelé à manifester pour un "vendredi de la révolution" en Cisjordanie et dans la bande de Gaza après la prière hebdomadaire musulmane, alors que le Conseil de sécurité doit tenir une réunion d'urgence sur les violences.

Alors que les troubles semblaient marquer une pause en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, les groupes palestiniens ont tous appelé à manifester pour un "vendredi de la révolution" après la prière hebdomadaire musulmane.

Réunion du Conseil de sécurité à New-York

Le même jour, le Conseil de sécurité doit tenir une réunion d'urgence à New-York sur les violences, une réunion demandée par la Jordanie, seul membre arabe du Conseil. Le groupe des pays arabes à l'ONU avait chargé la Jordanie de cette démarche à l'issue d'une réunion jeudi après-midi. La Cisjordanie occupée et Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël, sont secouées depuis le 1er octobre par des heurts entre jeunes lanceurs de pierres et soldats israéliens, des agressions entre Palestiniens et colons et des attentats, principalement à l'arme blanche, qui font redouter une nouvelle intifada.

Benjamin Netanyahu prêt à rencontrer Mahmoud Abbas

Jeudi soir, la police israélienne avait prévenu que seuls les hommes de plus de 40 ans étaient désormais autorisés à pénétrer pour la prière du vendredi dans l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est. De son côté, et tout en lui reprochant d'encourager la violence, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est redit prêt à rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas.

39 morts dans les violences dans les violences

Les violences ont fait 32 morts, dont plusieurs auteurs d'attentats, et des centaines de blessés côté palestinien, ainsi que sept morts et des dizaines de blessés côté israélien. Elles se sont étendues le 9 octobre, après la prière hebdomadaire précisément, à la bande de Gaza, coupée géographiquement de la Cisjordanie par le territoire israélien, et cadenassée par les blocus israélien et égyptien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.