Le président américain, en route pour Singapour dit avoir demandé aux représentants américains de ne pas cautionner le communiqué commun du G7.

Donald Trump se désolidarise de la déclaration du G7 après l'avoir signée. Ici il faisait face à la Chancelière allemande en marge des négociations du G
Donald Trump se désolidarise de la déclaration du G7 après l'avoir signée. Ici il faisait face à la Chancelière allemande en marge des négociations du G © AFP / JESCO DENZEL / BUNDESREGIERUNG / DPA

Le camouflet 

Le président américain, en route pour Singapour où il doit rencontrer mardi le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, dit avoir demandé aux représentants américains de ne pas cautionner le communiqué commun du G7.   

Le premier ministre canadien a déclaré samedi en conférence de presse qu'Ottawa n'avait pas pris à la légère l'instauration par Washington de droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance du Canada et qu'il l'avait signifié au président américain.

Donald Trump, après avoir signé l'accord du G7, a donc répondu à Justine Trudeau par Twitter :

Justin Trudeau  a agi si humblement et doucement pendant nos réunions du G7 seulement pour donner une conférence de presse après mon départ en disant que «les tarifs américains étaient insultants» et qu'il «ne s'y pliera pas». Très malhonnête et faible. Nos tarifs sont en réponse à sa de 270% sur les produits laitiers!

Avant son départ de La Malbaie, le président américain avait un tout autre ton.  Extrait de sa déclaration faite hier avant ce tweet :  « Je ne dirai pas que c’était conflictuel. Ce qui était fort, c’était le message. le fait de dire « ça ne peut pas continuer ».  Parce sinon nos relations sont au beau fixe, avec le président Macron ou Justin Trudeau, qui a fait du bon boulot. Notre relation était vraiment remarquable.  On a eu des discussions extrêmement fructueuses sur la nécessité d’avoir des règles justes et réciproques. On ne peut pas imposer des taxes à 270% sur ce qu’on exporte et nous empêcher nous de taxer les autres !! Les leaders américains des années passées n’ont pas bien travaillé sur le commerce. Je ne blâme pas les pays : ce sont nos représentants que j’accuse !  Ça va changer, ce n’est pas juste que j’y crois, ça va changer, sûr, à 100% !! Les droits de douanes vont baisser, parce qu’on ne peut pas continuer comme ça. Nous sommes pris pour une tirelire que tout le monde vole, ça doit cesser ».

Trump en se désolidarisant de l'accord final inflige un camouflet à ses partenaires, et annonce une nouvelle guerre commerciale. 

Les désaccords 

Les points de désaccords après ce G7 sont nombreux. 

  • les voitures

Outre l'instauration de taxes douanières sur l'acier et l'aluminium (objets des déclarations de Justin Trudeau), Donald Trump a renouvelé sa volonté d'instaurer de nouveaux tarifs sur les voitures européennes et étrangères. 

  • le plastique

Les Etats-Unis, ainsi que le Japon,ont refusé de signer un engagement sur la lutte contre la prolifération des plastiques dans les océans.

  • la Russie

Donald Trump a proposé le retour de la Russie au sein de cénacle des chefs d'états. Elle avait été exclue en 2014, lors de l'annexion de la Crimée. Les Européens s'y sont opposés. 

Les accords ? 

On notera entre autre que le G7 s'est engagé samedi à apporter près de 3 milliards de dollars pour l'accès à l'éducation des femmes et filles en situation vulnérable, dont des réfugiées, une initiative saluée par La prix Nobel de la paix Malala Yousafzai.

L'hôte du sommet, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, a affirmé qu'il s'agissait du "plus important investissement dans l'éducation des femmes et filles dans des situations de crise et de conflit".

Le montant total est supérieur à ce qu'espéraient les groupes féministes qui avaient rencontré Justin Trudeau en marge du sommet.

La Pakistanaise Malala Yousafzai, 20 ans, a déclaré dans un message sur Twitter que l'initiative "donne à davantage de filles l'espoir de pouvoir avoir un avenir meilleur".

Prochain rendez-vous

Après La Malbaie au Québec, le prochain sommet du G7 aura lieu à Biarritz, dans le sud-ouest de la France, "à la fin de l'été 2019", a annoncé le président français Emmanuel Macron à l'issue du G7 du Canada.  Ce sera au tour de la France de présider le G7, à partir du 1er janvier, avec la tâche d'organiser des réunions mensuelles des diplomates des pays membres (Etats-Unis, Canada, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon) puis le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement lui-même.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.