Angela Merkel a dirigé le parti chrétien-démocrate allemand pendant plus de 18 ans. Et celui ou celle qui lui succédera sera sans doute le prochain candidat de la CDU à la Chancellerie. Friedrich Merz, Annegret Kramp-Karrenbauer et Jens Spahn veulent tous solder l'héritage Merkel. Portraits.

Le nouveau patron de la CDU sera élu vendredi à Hambourg, où se réunissent 1.001 délégués.
Le nouveau patron de la CDU sera élu vendredi à Hambourg, où se réunissent 1.001 délégués. © Radio France / dpa / Christian Charisius

Le revanchard : Friedrich Merz

C'est le retour de l’année si ce n’est de la décennie en Allemagne tant il était sorti du jeu politique. Friedrich Merz est un revenant qui vise non seulement la présidence de la CDU mais aussi la chancellerie.

C'est une certaine Angela Merkel qui l'évince de la tête du groupe parlementaire de la CDU en 2002. Autant dire que l'homme ne la porte pas dans son coeur. Et il fédère autour de lui les déçus de 18 années de direction Merkel à la CDU, comme Wolfgang Schäuble, l'actuel président du Bundestag.

"Merz, c'est un homme qui envoie des messages clairs, qui a des idées claires, qui a le courage de ne pas attendre la fin d'un débat (pour s'exprimer) mais qui au contraire domine ce débat", estime Wolfgang Schäuble, dans une critique à peine voilée d'Angela Merkel.

Friedrich Merz, 62 ans, reçoit pas mal de sarcasmes d’une partie de la presse car l’homme est millionnaire, possède un jet privé, dirige la filiale allemande de Blackrock un gigantesque fond d’investissements qui détient des parts dans nombre de très grandes entreprises du pays comme Bayer ou Allianz mais Merz se définit comme de « la classe moyenne supérieure »…

Merz est un libéral convaincu qui veut que la déclaration d’impôt des allemands tienne sur un sous-bock de bière.

Friedrich Merz, Annegret Kramp-Karrenbauer et Jens Spahn  les trois candidats à la succession d'Angela Merkel
Friedrich Merz, Annegret Kramp-Karrenbauer et Jens Spahn les trois candidats à la succession d'Angela Merkel © AFP / John MACDOUGALL

La dauphine : "AKK"

Annegret Kramp-Karrenbauer, 56 ans, est la favorite des sondages d'opinion mais rien ne dit qu'elle obtiendra la majorité des votes des 1001 délégués de son parti dont elle est, depuis février 2018, la numéro 2.

"AKK", comme elle est surnommée, est ainsi perçue comme la dauphine d'Angela Merkel, mais elle n'a pas peur d'être critique à son endroit, promettant plus de démocratie au sein de la CDU, façon de dire que la présidente sortante avait tendance à étouffer les débats. Tout comme son principal rival Friedrich Merz, elle solde l'héritage Merkel.

Elle se revendique davantage de l'aile sociale au sein de la CDU mais elle est très conservatrice sur plusieurs sujets de société. Elle incarne une ligne centriste et très consensuelle mais qui la rend comme la chancelière très prudente quand il s'agit de prendre position. Elle est la garante d'une méthode plus que d'une idée.

Le jeune loup : Jens Spahn

Le plus jeune des trois candidats, 38 ans, peine à décoller dans cette élection interne. Son programme est assez semblable à celui de Friedrich Merz, mais il est moins populaire et beaucoup d'adhérents conservateurs de la CDU le considère "trop jeune". 

Comme Friedrich Merz, il a beaucoup critiqué la politique d'accueil des réfugiés d'Angela Merkel. Très conservateur, Jens Spahn, actuel ministre de la santé, est anti-avortement. 

Dans cette campagne, face aux adhérents de la CDU, lors des différentes confrontations régionales entre candidats, il est le seul à parler micro à la main et non derrière un pupitre. Il cherche à incarner le futur de la CDU et propose un "nouveau départ" à son parti et à son pays. Il prend date pour l'avenir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.