Des tirs ont visé un hôtel fréquenté par des Occidentaux à Grand-Bassam, selon plusieurs témoins. L'attaque a fait 16 morts, dont au moins un Français, selon un nouveau bilan annoncé par le président ivoirien Alassane Ouattara.

Le président s'est rendu sur les lieux, à une vingtaine de kilomètres à l'est d'Abidjan. Il a évoqué une attaque "terroriste". D'ailleurs, dans la soirée cette fusillade a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les victimes sont principalement des civils, mais deux militaires ont également été tués lors d'échanges de tirs avec les assaillants. Un ressortissant français au moins figure au nombre des personnes tuées, a-t-on appris auprès du ministère français des Affaires étrangères à Paris.

Sur son site internet, le consulat général de France à Abidjan demande aux ressortissants français notamment dene pas se déplacer entre Assine, Bassam et Abidjan "pour ne pas gêner l'action des forces de l'ordre".

Au moins quatre hommes armés

Des coups de feu ont été entendus dans l'après-midi dimanche dans la station balnéaire ivoirienne, à une trentaine de kilomètres à l'est d'Abidjan, rapportent des sources diplomatiques et des témoins. Quatre hommes armés auraient attaqué le site , faisant 16 morts. Selon des témoins, les assaillants étaient "puissamment armés et portant des cagoules" . Ils ont attaqué les touristes d'une plage de Grand-Bassam.

Des véhicules militaires, transportant notamment des mitrailleuses lourdes, se sont rapidement rendus vers le lieu du drame.

De sanglantes attaques djihadistes ont visé ces derniers mois Bamako et Ouagadougou, les capitales du Mali et du Burkina Faso, deux pays d'Afrique de l'Ouest.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.