Pendant la présidence Sarkozy, les relations bilatérales entre la France et l'Arabie saoudite, avaient semblé occultées par la lune de miel franco-qatarienne. Un conseiller de l'ancien président nous avait confié que le courant n'était pas vraiment passé entre Nicolas Sarkozy et le vieux roi Abdallah. Le président français préférant le dynamisme de l'émir du Qatar et de son premier ministre Hamad Ben Jassem.

Au plan diplomatique, la période la plus tendue entre Paris et Riyad correspond à la reprise du dialogue entre l'Elysée et le Syrien Bachar Al-Assad qui avait culminé avec l'invitation faite au numéro un syrien d'assister au défilé militaire du 14 juillet 2008. Les Saoudiens avait modérément apprécié...

Un diplomate français tempère toutefois ces mauvaises relations : " au cours des cinq dernières années, les échanges commerciaux avec l'Arabie saoudite ont doublé. La compagnie aérienne Saudia a maintenant la moité de sa flotte équipée en Airbus. Véolia a remporté plusieurs contrats d'eau et Total a signé un contrat de 12 milliards." Dans ce paysage, il y a eu malgré tout l'échec du TGV Médine-La Mecque qui a marqué les esprits, le contrat ayant été rafflé par les Espagnols.

Lors de sa brève visite en Arabie saoudite début novembre, François Hollande vient parrainer la signature d'un contrat de la DCNS, baptisé LEX (Life Extension Sawari 1) qui porte "sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de classe Boraida mis en service en 1985-1986" , dans le cadre du contrat Sawari I. Un contrat d'un milliard d'euros, mais ce que vise DCNS, c'est la vente de frégates multi-missions FREMM.

Est-ce le signal d'une relance des relations entre Paris et Ryad ? Dans les coulisses du Quai d'Orsay, on estime que l'heure est sans doute venue"non pas de faire moins de Qatar, mais plus d'Arabie saoudite." François Hollande doit revenir dans le Golfe persique au début de l'année prochaine où il doit visiter Riyad, Abou Dhabi et Doha. On verra alors mieux les priorités de la diplomatie française.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.