Un nouveau rapport, que s'est procuré le Washington Post, propose une analyse sans précédent sur la campagne d'ingérence russe via les réseaux sociaux américains, pendant la présidentielle de 2016 et après. Une campagne ciblant des groupes bien précis, pour les inciter à voter Trump... ou à ne pas voter du tout.

L'influence russe sur les réseaux sociaux, en particulier pendant l'élection de 2016, inquiète le Sénat américain
L'influence russe sur les réseaux sociaux, en particulier pendant l'élection de 2016, inquiète le Sénat américain © AFP / Kirill Kudryavtsev

C'est la première étude de cette ampleur. Elle porte sur plusieurs millions de publications sur les réseaux sociaux diffusées à partir de la Russie pendant la campagne présidentielle américaine. Ces publications ont été décortiquées pour comprendre comment elles fonctionnent et pourquoi les géants d'Internet n'ont rien vu passer, ou trop tard. Commandée par le Sénat américain, l'étude doit être publiée cette semaine. Le Washington Post y a eu accès en avant-première. Voici ce qu'il faut en retenir.

À l'origine de ces publications, il y a la fameuse "Internet Research Agency" (IRA), un organisme basé à Saint-Pétersbourg. Elle gérait et gère encore des dizaines de comptes sur Facebook, Instagram, Twitter, ou YouTube, chargés d'influencer l'électorat américain. Des comptes parfois extrêmement influents : les 20 plus populaires sur Facebook ont généré, selon le rapport, 39 millions de "likes", 31 millions de partages, 5,4 millions de réactions et 3,4 millions de commentaires. L'entreprise estime que 126 millions de personnes ont été touchées par ces posts.

Mobiliser ou démotiver selon le public

Une propagande d'ampleur, mais surtout une propagande ciblée. L'astuce, c'est tout simplement de "brosser dans le sens du poil" l'électeur, de venir le chercher via des idées dont il est proche. Quitte à s'adresser à des publics diamétralement opposés : parmi les pages créées par l'IRA sur Facebook, se côtoient des intitulés évocateurs comme "Being Patriotic", "Heart of Texas", "Army of Jesus" ou "Blacktivist". La population ciblée (l'électorat américain) a été découpé en groupes d'intérêts très précis et ciblés.

Une fois le lecteur appâté par des revendications qui lui parlent, il n'y a plus qu'à l'influencer subtilement dans le bon sens. Pendant la campagne de 2016, cela consistait surtout, selon le Washington Post, à "activer les électeurs conservateurs sur des sujets comme le port d'armes et l'immigration, tout en sapant l'influence politique des électeurs de gauche en réduisant leur confiance dans les élections, et en donnant de fausses informations sur la manière de voter".

Bref, de tout faire pour que les sympathisants de Trump soient extrêmement actifs, et pour que ses opposants soient démoralisés et démobilisés avant même le jour de l'élection. Des comptes russes ont aussi réussi à solliciter des dons ou à organiser des manifestations bien réelles aux États-Unis.

► SUR LE WEB - Lire l'article complet (en anglais) sur le site du Washington Post

Déjà trop tard pour réagir ?

Le lien avec la Russie devient encore un peu plus évident avec ce nouveau rapport : les chercheurs évoquent même un certain amateurisme pour certains de ces comptes. Par exemple, l'utilisation de roubles pour acheter des publicités ciblées, de numéros de téléphone russes dans les fiches de contrats, ou de connexions non-masquées localisées à Saint-Pétersbourg. Les premiers cas de tentative d'influence russe dans le débat public américain remonteraient à 2013, avant de prendre une ampleur sans précédent pendant la campagne de 2016.

Le problème, toujours selon le rapport, c'est que les géants des réseaux sociaux ont mis trop de temps à détecter ce détournement de leur fonctionnement, et encore plus à réagir. "La stratégie russe a certainement changé depuis", estime le Washington Post. Facebook, Instagram, Twitter, c'était bon en 2016 : les chercheurs à l'origine du rapport remis au Sénat s'inquiètent désormais de "l'utilisation massive de vidéos YouTube par l'IRA, ce qui laisse peu de doute sur son intérêt pour ce support afin de cibler et d'influencer le public américain".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.